VIE


VIE
VIE

«Qui sait si la première notion de biologie que l’homme a pu se former n’est point celle-ci: il est possible de donner la mort.» Cette réflexion de Valéry dans son Discours aux chirurgiens (1938) va plus loin que sa destination première. Peut-être n’est-il pas possible, encore aujourd’hui, de dépasser cette première notion: est vivant, est objet de la connaissance biologique, tout donné de l’expérience dont on peut décrire une histoire comprise entre sa naissance et sa mort. Mais qu’est-ce précisément que la vie d’un vivant, au-delà de la collection d’attributs propres à résumer l’histoire de cet être né mortel? S’il s’agit d’une cause, pourquoi sa causalité est-elle strictement limitée dans le temps? S’il s’agit d’un effet, pourquoi est-il générateur, chez celui des vivants qui s’interroge sur sa nature, de la conscience illusoire d’une force ou d’un pouvoir?

Dans La Logique du vivant (1972), François Jacob a écrit: «On n’interroge plus la vie aujourd’hui dans les laboratoires.» S’il est vrai que la vie n’est plus un objet d’interrogation, il est vrai aussi qu’elle ne l’a pas toujours été. Il y a une naissance – ou une apparition – du concept de vie au XIXe siècle, attestée par la multiplication d’articles dans les dictionnaires et les encyclopédies scientifiques et philosophiques. Un bref historique de l’apparition de ce concept n’est pas superflu.

La genèse du concept

La première esquisse d’une définition générale de la vie se trouve dans Aristote. «Parmi les corps naturels [i.e non fabriqués par l’homme] certains ont la vie et certains ne l’ont pas. Nous entendons par vie le fait de se nourrir, de croître, et de dépérir par soi-même» (De l’âme , II, 1). Et, plus loin, Aristote dit que la vie est ce par quoi le corps animé diffère de l’inanimé. Mais le terme de vie, comme celui d’âme, est capable de plusieurs acceptions. Il suffit toutefois que l’une d’entre elles convienne à tel objet de notre expérience «pour que nous affirmions qu’il vit» (II, 2). La végétation ou végétalité représente le minimum d’expression des fonctions de l’âme. Il n’y a pas de vie à moins. Il n’y a pas de forme plus riche de vie qui ne la suppose comme sa condition nécessaire (II, 3). L’identification des notions de vie et d’animation et, par suite, la distinction de la vie et de la matière, dans la mesure où l’âme-vie est la forme ou l’acte du corps naturel vivant, constituent une conception de la vie aussi vivace, à travers les siècles, que l’a été la philosophie aristotélicienne. Toutes les philosophies médicales qui, jusqu’au commencement du XIXe siècle, ont tenu la vie pour un principe soit original, soit confondu avec l’âme, essentiellement différent de la matière, faisant exception à ses lois, ont été directement ou indirectement débitrices de cette partie du système aristotélicien qu’on peut appeler indifféremment biologie ou psychologie.

Mais la philosophie d’Aristote est également responsable, et cela jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, d’une méthode d’étude des êtres vivants, spécialement des animaux, et de leurs propriétés, qui consiste à les classer, à les distribuer en un tableau de ressemblances et de différences, selon leurs parties – c’est-à-dire leurs organes –, leurs actions ou fonctions, leurs modes de vie. De sorte qu’en fait Aristote a accrédité chez les naturalistes une façon de percevoir les formes vivantes qui éclipsait l’interrogation sur la nature de la vie derrière le souci d’étaler, sans lacunes et sans redondances, les produits observables d’un pouvoir plastique qui ne posait, quant à lui, pas de problèmes. C’est la raison pour laquelle on cherche vainement chez les naturalistes de l’âge classique, comme Buffon ou Linné, ce qu’on pourrait appeler une définition de la vie, comme mode d’existence spécifique des êtres qu’ils décrivent et qu’ils classent. À l’âge classique, l’interrogation sur la vie est davantage le fait des médecins que celui des naturalistes, elle est nécessairement liée à l’interrogation sur la nature de la santé, qui est le mode normal de vie, dont, à partir du XVIIe siècle, la physiologie, au sens étroit du terme, constitue l’étude. S’il arrive qu’on s’interroge sur la vie, c’est davantage pour en déterminer les signes ou les marques de reconnaissance, pour fixer les critères de l’état vivant, que pour rechercher ce qu’est essentiellement ce pouvoir singulier de la nature. Un philosophe-médecin, John Locke, écrit en 1690: «Il n’y a point de terme plus commun que celui de vie , et il se trouverait peu de gens qui ne prissent pour un affront qu’on leur demande ce qu’ils entendent par ce mot. Cependant, s’il est vrai qu’on mette en question si une plante qui est déjà formée dans la semence a de la vie, si le poulet dans un œuf qui n’a pas encore été couvé, ou un homme en défaillance, sans sentiment ni mouvement, est en vie ou non, il est aisé de voir qu’une idée claire, distincte et déterminée n’accompagne pas toujours l’usage d’un mot aussi connu que celui de vie» (Essai philosophique concernant l’entendement humain , III, X, 22). C’est encore sous le rapport des signes perceptibles de la vie que Kant a commencé à disserter des rapports de la matière morte (inerte) et des principes spontanés d’animation de cette même matière. «Mais des membres de la nature quels sont ceux jusqu’auxquels la vie s’étend et quels sont les degrés de la vie qui confinent à son entière suppression, peut-être sera-t-il impossible d’en décider jamais d’une façon certaine» (Rêves d’un visionnaire , 1766, II).

C’est un médecin allemand, Georges-Ernest Stahl (1660-1734), qui a le plus fait pour imposer une théorie de la vie comme fondement indispensable de la pensée et de la pratique médicales. Stahl est le médecin qui a le plus abondamment utilisé le terme de vie. Si le médecin ignore quelle est la fin, la destination des fonctions vitales, comment pourra-t-il donner un sens à son intervention? Or, ce qui confère la vie, c’est-à-dire le mouvement dirigé, finalisé, sans lequel la machine corporelle se décompose, c’est l’âme. Les corps vivants sont des corps composés, constamment menacés d’une prompte dissolution et d’une facile corruption, et pourtant doués d’une disposition contraire et opposée à la corruption. Le principe de conservation, d’autocratie de la nature vivante, ne peut pas être passif, donc matériel. L’évidence spécifiquement médicale, c’est l’autoconservation du vivant. Cette évidence fonde la Theoria medica vera (1708). Certains, ayant bien lu Stahl, qui renonceront à l’identification de la vie et de l’âme, n’oublieront pas pour autant la force avec laquelle il a défini la vie comme pouvoir de suspendre temporairement un destin de corruptibilité.

En des termes moins chargés de métaphysique, Bichat a commencé ses Recherches physiologiques sur la vie et la mort (1800) par la formule célèbre: «La vie est l’ensemble des fonctions qui résistent à la mort.» En définissant la vie par un conflit entre un corps composé de tissus de structure et de propriétés spécifiques (élasticité, contractilité, sensibilité) et un environnement ou un milieu – comme devait dire un peu plus tard Auguste Comte – où s’expriment des lois indifférentes aux exigences propres du vivant, Bichat se présentait comme un Stahl purgé de théologie. Cette purgation avait été en partie l’œuvre de l’école médicale de Montpellier, et singulièrement de P. J. Barthez. Les Nouveaux Éléments de la science de l’homme (1778) sont un traité de physiologie vitaliste. «Je prouverai que le Principe vital doit être conçu par des idées distinctes de celles qu’on a du Corps et de l’Âme; et que nous ignorons même si ce principe est une substance, ou seulement un mode du corps humain vivant.» Même si Barthez fait de grandes réserves sur la façon dont A. von Haller a compris la physiologie, il n’en reste pas moins que la réfutation des principes de la physiologie mécanique par l’observation des phénomènes d’irritabilité musculaire et de sensibilité nerveuse, tenus pour irréductibles à des effets d’ordre simplement mécanique ou physique, a tenu une grande place dans l’élaboration, par La Caze et Bordeu, d’une doctrine d’école dont Barthez s’est inspiré plus qu’il n’a voulu en convenir.

L’année même de la mort de Bichat, en 1802, le terme de biologie était utilisé pour la première fois, et simultanément, en Allemagne par G. R. Treviranus, et en France par Lamarck (in Hydrogéologie ), pour revendiquer un statut d’indépendance propre à la science de la vie. Si Lamarck s’est proposé, pendant longtemps, d’écrire un traité intitulé Biologie , c’est parce que, très tôt dans son enseignement du Muséum, il a proposé une théorie de la vie. Ce qui est «essentiel à l’existence de la vie dans un corps» doit être recherché dans l’examen des organismes les plus simples. Une organisation compliquée requiert des organes à la fois spécialisés et interdépendants, mais qui ne sont pas nécessairement liés «à l’existence de la vie dans tout corps vivant quelconque». Sous ce rapport, l’enseignement de Lamarck ne contredisait pas celui de Cuvier, qui se flattait, par sa conception personnelle de l’anatomie comparée, d’avoir rendu possible la dissociation des fonctions générales de la vie d’avec les modes d’exercice spéciaux que leur impose, chez tels ou tels vivants, la possession de tels ou tels organes («Lettre à Lacépède», in Anatomie comparée , III, 1805).

Mais Lamarck conçoit la vie comme l’accumulation et l’intériorisation continues et progressives de mouvements de fluides dans les solides, sous la forme initiale d’un tissu cellulaire, «gangue dans laquelle toute organisation a été formée». Ainsi la vie, dont les origines naturelles doivent être cherchées dans la matière et le mouvement, nous révèle son pouvoir original par la succession ordonnée de ses effets, la série des vivants, dont elle a compliqué graduellement l’organisation et dont elle a multiplié les facultés (Recherches sur l’organisation des corps vivants , 1802). Bien que mourir soit le lot de chaque individu, la vie semble, avec le temps, et sous les aspects les plus éminents de l’animalité, avoir pris ses distances avec l’état de passivité et d’inertie des corps bruts, à partir d’un premier «acte de vitalisation», effet de la chaleur, «cette âme matérielle des corps vivants» (Philosophie zoologique , 1809, II, VI). On peut qualifier de matérialiste la théorie lamarckienne de la vie, à la condition d’oublier que pour Lamarck «toutes les matières composées , brutes ou inorganiques, qu’on observe dans la nature» sont les résidus de la décomposition des corps vivants, seuls capables, parce que vivants, d’opérer des synthèses chimiques.

Tout autre est la conception de Cuvier. La vie et la mort ne sont pas opposées dans une sorte de relation polémique, comme chez Lamarck, chez Bichat ou chez Stahl, mais composées dans des modes de vie, exprimant la compatibilité d’organisations internes, rigoureusement spécialisées, avec des conditions générales d’existence. «La vie est un tourbillon continuel dont la direction, toute compliquée qu’elle est, demeure constante, ainsi que l’espèce des molécules qui y sont entraînées, mais non les molécules individuelles elles-mêmes; au contraire la matière actuelle du corps vivant n’y sera bientôt plus, et cependant elle est dépositaire de la force qui contraindra la matière future à marcher dans le même sens qu’elle. Ainsi la forme de ces corps leur est plus essentielle que leur matière, puisque celle-ci change sans cesse tandis que l’autre se conserve» (Histoire des progrès des sciences naturelles depuis 1789 jusqu’à ce jour , 1810). On voit où se noue le rapport du vivant avec la mort. «C’est s’en faire une idée fausse [de la vie] que de la considérer comme un simple lien qui retiendrait ensemble les éléments du corps vivant, tandis qu’elle est, au contraire, un ressort qui les meut et les transporte sans cesse: ces éléments ne conservent pas un instant les mêmes rapports et les mêmes connexions, ou, en d’autres termes, le corps vivant ne garde pas un instant le même état ni la même composition; plus sa vie est active, plus ses échanges et ses métamorphoses sont continuels; et le moment indivisible de repos absolu, que l’on appelle la mort complète, n’est que le précurseur des mouvements nouveaux de la putréfaction. C’est ici que commence l’emploi raisonnable du terme de forces vitales ...» (ibid. ). La mort est présente dans la vie, à la fois comme trame universelle et échéance inéluctable de ses formations diversement organisées, de façon à la fois cohérente et fragile.

Désormais, grâce à la révolution conceptuelle et méthodologique que les travaux de naturalistes comme Lamarck et Cuvier ont provoquée, bien que différemment, dans la représentation du monde des vivants, les théories de la vie ont pris place, logiquement, dans l’enseignement de physiologistes qui ont cru avoir exorcisé par la méthode expérimentale le spectre de la métaphysique. C’est ainsi que le Handbuch der Physiologie des Menschen (1833-1834) de Johannes Müller traite, dans ses prolégomènes, de l’organisme et de la vie, essence de l’organisation vitale, ainsi que de l’organisme animal et de la vie animale. C’est ainsi que Claude Bernard, dont le Cahier de notes a conservé la trace du cheminement intellectuel durant la période la plus féconde de sa carrière (18501860), n’a cessé de s’interroger sur la vie comme sur le problème fondamental d’une biologie générale, interrogation dont les conclusions nuancées sont exposées dans les Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux (1878; particulièrement les trois premières leçons), plus systématiquement que dans l’Introduction à l’étude de la médecine expérimentale (1865). On sait que la théorie bernardienne de la vie consiste à donner une explication coordonnée de deux formules volontairement contrastées: la vie c’est la création (1865), la vie c’est la mort (1875).

Ayant acquis au XIXe siècle le statut d’une question de caractère éminemment scientifique, «qu’est-ce que la vie?» est devenu une interrogation à laquelle le physicien même ne dédaigne pas de chercher une réponse (Schrödinger, What Is Life? 1947), alors qu’il arrive au biochimiste de trouver la question mal posée (E. Kahane, La vie n’existe pas , 1962). Ici finit l’historique de l’apparition du concept de vie dans le champ de la culture scientifique. Sa dette est grande envers Michel Foucault (Les Mots et les choses , 1966, VIII).

Les obstacles à la connaissance scientifique de la vie

C’est à l’œuvre de Gaston Bachelard que l’épistémologie française contemporaine doit l’intérêt qu’elle porte, en général, à l’origine et au fonctionnement des obstacles à la connaissance. En esquissant les principes d’une psychanalyse de la connaissance objective, Bachelard, s’il ne l’a pas proposé lui-même, a du moins suggéré l’idée qu’il n’y a pas pour la connaissance d’objets en soi complexes, mais des objets de complexes. La question des obstacles ne se pose ni pour l’empirisme ni pour le rationalisme classique. Pour l’empiriste, nos sens sont des récepteurs. Il méconnaît le fait que les sens sont aussi des producteurs de qualités. Pour le rationaliste, la connaissance déprécie la sensibilité, une fois pour toutes. Quand l’intellect est retrouvé dans sa pureté, on ne peut plus le perdre. Au contraire, pour l’anthropologie contemporaine, instruite par la psychanalyse et l’ethnographie, on ne peut considérer les obstacles à la science autrement que comme des contraintes obsessionnelles qu’un paléopsychisme impose d’avance et indistinctement aux entreprises de recherche d’une pensée à la fois curieuse et docile. C’est donc le sens de la présence obsédante de valeurs étrangères à la connaissance, dans l’acte initial de cette même connaissance, qui doit être dégagé dans le cas de la connaissance de la vie. On peut dire en un mot que, même si la connaissance objective, étant entreprise humaine, est en fin de compte un travail de vivant, son postulat, ou sa condition première de possibilité, consiste dans la négation systématique, en tout objet auquel elle s’applique, de la réalité des qualités que le vivant humain identifie avec la vie, d’après la conscience qu’il a de ce qu’est, pour lui, vivre. Vivre, c’est valoriser les objets et les circonstances de son expérience, c’est préférer et exclure des moyens, des situations, des mouvements. La vie, c’est le contraire d’une relation d’indifférence avec le milieu. Bichat l’a noté avec beaucoup de perspicacité: «Il y a deux choses dans les phénomènes de la vie: l’état de santé, celui de maladie; de là deux sciences distinctes, la physiologie [...], la pathologie. L’histoire des phénomènes dans lesquels les forces vitales ont leur type naturel nous mène, comme conséquence, à celle des phénomènes où ces forces sont altérées. Or, dans les sciences physiques, il n’y a que la première histoire; jamais la seconde ne se trouve» (Introduction à l’Anatomie générale appliquée à la physiologie et à la médecine , 1801). Quant à la connaissance, elle nie les inégalités axiologiques que la vie introduit dans les relations des objets entre eux, elle mesure, c’est-à-dire elle détermine, ses objets par relation des uns aux autres, sans privilège de référence et de référé. Son premier succès historique majeur a été la mécanique fondée sur le principe d’inertie, par soustraction du mouvement de la matière au pouvoir exécutif de la vie. Inertie, c’est inactivité et indifférence. On conçoit donc aisément que l’extension à la vie des méthodes de la connaissance de la matière ait rencontré jusqu’à nos jours des résistances renouvelées, qui n’exprimaient pas toujours uniquement une répugnance de nature affective, mais parfois le refus réfléchi d’un espoir paradoxal, celui d’expliquer un pouvoir au moyen de concepts et de lois initialement formés à partir d’hypothèses qui le nient.

Quand il a voulu faire une «psychanalyse de la vie», Bachelard a écrit Lautréamont (1939), où il montre que les premiers efforts de l’objectivité scientifique pour rectifier le réalisme naïf de l’animalité n’ont pas échappé «à la séduction première du complexe de Lautréamont». En un éclair de génie, Bachelard, qui n’a pourtant pas fait place dans ses écrits à la philosophie biologique, a découvert dans Les Chants de Maldoror en quoi consiste l’obstacle primordial à l’intelligence de l’objet biologique: le désir de métamorphose.

L’idée de métamorphose est sans doute l’indice le plus sûr de la surdétermination de l’objet biologique, si l’on entend par là le fait pour tel objet ou tel comportement de servir de substitut à un grand nombre d’objets ou d’actes interdits. Cette surdétermination concerne d’ailleurs l’animalité plus que la végétalité. La pensée archaïque et la pensée primitive ont fait et font un usage massif et constant de la métamorphose, de la conversion de formes animales spécifiques les unes dans les autres. Cela, bien évidemment, n’a rien à voir avec une pensée transformiste, puisque le transformisme implique une orientation par la causalité, alors que la métamorphose est possible dans tout sens. Derrière l’imagination de la métamorphose, il faut apercevoir le désir inassouvi d’un pouvoir illimité de réalisation du désir. L’animal dans lequel l’homme rêve de se métamorphoser, c’est le délégué de l’homme pour le succès d’un acte qu’un obstacle naturel ou une censure sociale l’empêche d’exécuter. Peu d’animaux totems ne présentent pas quelque qualité désirable pour l’homme. Dans ses rêves de métamorphoses, l’homme s’identifie à toutes les possibilités, à toutes les libertés supposées de l’animalité. Comme dit Bachelard: «L’homme apparaît alors comme une somme de possibilités vitales, comme un suranimal .» Mais il est immédiatement sensible qu’un tel vecteur de l’imagination est en opposition directe avec les exigences d’une connaissance méthodique des êtres vivants: classification, détermination de constantes fonctionnelles, de lois de l’hérédité. L’un de ceux qui, pour des raisons poétiques plus que scientifiques, ont tenté d’importer en botanique l’idée de métamorphose a cependant écrit: «L’idée de métamorphose est un merveilleux mais dangereux don d’En haut. Elle aboutit à l’amorphisme, elle détruit le savoir, elle le dissout» (Goethe, Essai sur la métamorphose des plantes , 1790).

Il ne semble pas arbitraire de déceler dans l’interrogation persistante relative aux origines de la vie et dans les différentes versions de la thèse des générations spontanées la présence latente d’une autre surdétermination affective. Qui ne sait – et ne dit – aujourd’hui que la question de la génération est d’autant plus fascinante pour l’individu humain sexué qu’elle est censurée plus encore que dissimulée par la société. La fabulation enfantine à ce sujet exprime le caractère à la fois important et mystérieux de la naissance. Alors que bien des historiens de la biologie, quand ils traitent des origines de la vie, attribuent, en toute simplicité, à l’absence de preuves ou à l’insuffisance de preuves négatives les croyances successives en la spontanéité de générations de vivants à partir de la matière, on peut se demander si ce ne serait pas un désir nostalgique de génération spontanée, un mythe en somme, qui serait le fond positif de cette théorie. On sait qu’un disciple dissident de Freud, Otto Rank, dans Le Traumatisme de la naissance (1924), a soutenu l’idée que la séparation brutale de l’enfant d’avec le milieu placentaire est l’origine et le modèle de toute angoisse, et que les mythes de négation, c’est-à-dire de refus, de la naissance en apportent la confirmation. Son étude sur Le Mythe de la naissance du héros , sur la formation d’hommes refusant leur étape embryonnaire, se donne pour un argument complémentaire de la théorie. Sans aller jusqu’à prétendre que tous les partisans de ce qu’on a appelé la génération équivoque ou l’hétérogonie, qu’ils aient été matérialistes ou créationnistes, n’ont fait que mettre en forme de discours un fantasme originaire de leur inconscient traumatisé, il reste que la théorie de la génération spontanée est une survalorisation de la vie. Dans l’aversion pour la naissance et la genèse qui ne sont, à la rigueur, que suite et descendance, il faut apercevoir un effet du prestige de l’originel, du primordial. Si le vivant doit naître et s’il ne peut naître que du vivant, la vie est une servitude. Mais, si le vivant peut être promu parfait par une ascension sans ascendance, la vie est une domination.

Mais il existe une autre espèce d’obstacle épistémologique en biologie, et qu’on peut nommer l’obstacle d’intérêt technique. Les pratiques alimentaires, la médecine et la pharmacie, l’élevage et l’agriculture, après la chasse, la pêche et la cueillette, sont les principales formes des rapports que les différentes sociétés humaines ont d’abord institués avec les êtres vivants. Lamarck a répété, à plusieurs reprises, que l’intérêt économique, relatif à l’usage des produits vivants de la nature, a précédé l’intérêt philosophique, relatif à la connaissance de ces mêmes objets. Mais il ne s’est pas posé la question de savoir si la première sorte d’intérêt n’était pas pour la seconde une source permanente de perturbations. On n’a peut-être pas assez remarqué combien l’utilisation d’un être vivant diffère de l’utilisation d’un objet inerte. L’homme a fabriqué des outils en isolant, en séparant, dans les matières inertes, une certaine propriété (par exemple, dureté du métal pour un couteau, une sagaie; élasticité du bois pour un arc, un ressort de piège). Les techniques de l’objet inerte constituent, en quelque sorte, une pratique de l’abstraction. Sans doute, l’homme doit prendre, en même temps que la propriété qu’il utilise, toutes les autres propriétés de la matière donnée, la rouille, par exemple, pour le fer; mais son ingéniosité consiste à les neutraliser relativement à l’emploi qu’il fait, exclusivement, de la propriété utile. Par contre, pour utiliser l’être vivant il faut le prendre en totalité, et le conserver tel. Qu’il s’agisse d’aliments ou de vêtements, les techniques anciennes, et même contemporaines, d’utilisation des produits végétaux ou animaux ne sont pas des techniques analytiques. On peut concevoir, et on a pu tenter d’obtenir en laboratoire, par la culture de tissus ou d’organes, des produits vivants dirigés, équivalents des produits spontanés correspondants. Mais enfin, même dans les élevages les plus scientifiquement organisés, on continue à confier aux poules le port de leurs ovaires, aux moutons le port de leur tissu cutané lanifère, aux chevaux la circulation de leur sang générateur d’anticorps immunisants. C’est que les vivants autres que l’homme ont intéressé l’homme dans la mesure où ils opéraient d’eux-mêmes des transformations physiques et chimiques aboutissant à des produits que l’homme ne savait se donner par ses techniques analytiques, comme la soie, le miel, l’opium, les fécules, les teintures, les poisons. De même qu’utiliser un produit végétal, dans l’alimentation ou la pharmacopée, c’est valoriser sa qualité de synthèse, primitivement nommée essence ou vertu, de même utiliser un pouvoir animal (odorat du chien courant ou du porc truffier, vision du faucon, sens d’orientation du pigeon), c’est prendre en charge l’animal tout entier. Il est donc à peine besoin d’insister sur la force de l’inclination que l’usage de la vie par le vivant humain a enracinée en lui, par laquelle toute tentative d’explication analytique de la vie se trouve d’abord inconsciemment censurée. Il serait trop aisé de retrouver dans maint texte de l’époque de la Renaissance ou du XVIIe siècle des traces de cette censure obsessionnelle. Mais il paraît plus convaincant de les signaler à l’époque plus proche où, par les travaux de Pasteur, les questions de l’origine et de la nature de la vie ont été posées sur le terrain où l’on sait désormais qu’elles peuvent trouver leur solution. François Dagognet (Méthodes et doctrine dans l’œuvre de Pasteur , 1967) a montré quels obstacles les expériences et les analyses de Pasteur concernant la fermentation ont rencontrés dans l’esprit de biologistes ou encore de biochimistes, ses contemporains, qui projetaient dans leur explication de ce phénomène des images mythiques fomentées par les techniques millénaires de la fabrication du pain et du vin.

La vie comme animation

On a tout à fait oublié, en parlant d’animal, d’animalité ou de corps inanimé, que tous ces termes sont les vestiges de l’antique identification métaphysique de la vie et de l’âme et de l’identification de l’âme avec le souffle (anima anemos ). Ainsi le seul vivant capable du discours sur la vie a-t-il cru parler de la vie en général en parlant de la sienne, comme d’une respiration sans laquelle lui-même, manifestement, est incapable non seulement de la vie, mais de la parole. Si les philosophes grecs antérieurs à Aristote, et Platon plus et mieux que tous, ont spéculé sur l’essence et la destinée de l’âme, c’est cependant au traité aristotélicien De l’âme que remonte la distinction traditionnelle de l’âme végétative ou nutritive, faculté de croissance et de reproduction, de l’âme animale ou sensitive, faculté de sentir, de désirer et de mouvoir, et de l’âme raisonnable ou pensante, faculté d’humanité. Peu importe ici de savoir si Aristote a conçu ces trois âmes comme des entités distinctes ou seulement comme des degrés hiérarchisés, où l’inférieur peut exister sans le supérieur dont il est pourtant la condition indispensable d’existence et d’exercice. L’important est de rappeler que psuchè signifie, pour les Grecs, «souffle rafraîchissant», et que les Juifs ne se sont pas fait une idée différente de l’âme et de la vie, comme en témoigne le verset de la Genèse: «L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant.» Il ne saurait être question de retracer l’histoire des écoles d’Alexandrie, juive avec Philon, platonicienne avec Plotin, dont les enseignements combinés avec la prédication paulinienne (I Cor., XV) ont inspiré les thèmes fondamentaux de la première doctrine chrétienne, concernant la vie, la mort, le salut et la résurrection. Il n’est pas jusqu’au terme même d’esprit (de spirare ) qui ne doive à l’éclectisme culturel des civilisations méditerranéennes sa capacité polysémique, son ambiguïté en somme, qui l’a fait convenir, aussi bien en théologie, à la troisième Personne de la Trinité, qu’en médecine, à l’anticipation figurée de l’influx nerveux, sous les noms d’esprit vital et d’esprit animal.

La conception de la vie comme animation de la matière, bien que battue en brèche, principalement à partir du XVIIe siècle, par des conceptions matérialistes, ou simplement mécanistes, des fonctions propres aux êtres vivants, est restée cependant vivace jusqu’au milieu du XIXe siècle, sous forme d’idéologie médico-philosophique, alors qu’elle avait cessé d’apparaître comme une réponse objectivement fondée à la question de la nature de la vie. On en demandera la preuve à un texte peu connu et peu souvent utilisé, la Préface des éditeurs à la treizième édition du Dictionnaire de médecine (1873) publié chez J.-B. Baillière par deux médecins d’obédience positiviste, Émile Littré, l’auteur du célèbre Dictionnaire de la langue française , et Charles Robin, professeur d’histologie à la faculté de médecine de Paris. Cette préface est la réponse à la fois à une revendication de propriété d’un titre d’ouvrage et à une discussion sur la liberté d’enseignement tenue au Sénat (1868).

Le Dictionnaire de médecine en question était la refonte, dès 1855, du Dictionnaire de P. H. Nysten (1814), lui-même successeur revu et augmenté du Dictionnaire de médecine de J. Capuron (1806). Les éditeurs tiennent à marquer la différence entre le matérialisme, dont on accuse les auteurs, et le positivisme dont ils se réclament eux-mêmes, et à cette fin ils reproduisent les différentes définitions des termes: âme, esprit, homme, mort, proposées entre 1806 (Capuron) et 1865 (Littré et Robin).

En 1806, l’âme est définie: «Principe interne de toutes les opérations des corps vivants; plus particulièrement du principe de la vie dans le végétal et dans l’animal. L’âme est simplement végétative dans les plantes et sensitive dans les bêtes; mais elle est simple et active, raisonnable et immortelle dans l’homme.»

En 1855, on trouve une autre définition: «Terme qui, en biologie, exprime, considéré anatomiquement, l’ensemble des fonctions du cerveau et de la moelle épinière et, considéré physiologiquement, l’ensemble des fonctions de la sensibilité encéphalique, c’est-à-dire la perception tant des objets extérieurs que des objets intérieurs; la somme des besoins, des penchants qui servent à la conservation de l’individu et de l’espèce, et aux rapports avec les autres êtres; les aptitudes qui constituent l’imagination, le langage, l’expression; les facultés qui forment l’entendement; la volonté, et enfin le pouvoir de mettre en jeu le système musculaire et d’agir par là sur le monde extérieur.» En 1863, cette définition était l’objet d’une violente critique de la part de E. Chauffard, confondant dans la même réprobation d’une part Littré et Robin, d’autre part Ludwig Büchner (Kraft und Stoff , 1855), grand prêtre, à l’époque, du matérialisme en Allemagne. Chauffard célébrait «l’indissoluble alliance de la médecine et de la philosophie», et s’enflammait à fonder «la notion de l’être réel et vivant» sur «la raison humaine se sentant cause et force» (De la philosophie dite positive dans ses rapports avec la médecine ). Deux ans après, Claude Bernard écrivait: «Pour l’expérimentateur physiologiste, il ne saurait y avoir ni spiritualisme ni matérialisme [...]. Le physiologiste et le médecin ne doivent pas s’imaginer qu’ils ont à rechercher la cause de la vie ou l’essence des maladies» (Introduction à l’étude de la médecine expérimentale , II, I).

La vie comme mécanisme

À la fin du Traité de l’homme (1633, mais publié seulement en 1662-1664), Descartes écrit: «Je désire que vous considériez que ces fonctions suivent toutes naturellement, en cette Machine, de la seule disposition de ses organes, ne plus ne moins que font les mouvements d’une horloge ou autre automate, de celle de ses contrepoids et de ses roues; en sorte qu’il ne faut point à leur occasion concevoir en elle aucune autre Âme végétative ni sensitive, ni aucun autre principe de mouvement et de vie, que son sang et ses esprits agités par la chaleur du feu qui brûle continuellement dans son cœur et qui n’est point d’autre nature que tous les feux qui sont dans les corps inanimés.» Il est assez connu que l’identification par Descartes de l’animal (l’homme physique ou physiologique y compris) à l’automate machiné et machinal est le verso de l’identification de l’âme à la pensée («Il n’y a en nous qu’une seule âme et cette âme n’a en soi aucune diversité de parties...», Traité des passions , art. 47, 1649) et de la distinction substantielle de l’âme indivisible et de la matière étendue. Si le Traité de l’homme a pu, mieux encore que le résumé qu’en donnait en 1637, dans sa cinquième partie, le Discours de la méthode , faire fonction d’un manifeste pour une physiologie animale purifiée de toute référence à un principe d’animation, c’est parce que, entre-temps, la découverte par W. Harvey de la circulation du sang et la publication de l’Exercitatio anatomica de motu cordis et sanguinis in animalibus (1628) avaient apporté un exemple d’explication hydrodynamique d’une fonction de la vie que bien des médecins, en Italie notamment et en Allemagne, s’étaient efforcés d’imiter, sous forme de projets de modèles artificiels, pour expliquer d’autres fonctions comme la contraction musculaire, ou comme l’équilibration du poisson dans l’eau. En fait, les élèves et disciples de Galilée dans l’Accadémia del Cimento, J. A. Borelli (De motu animalium , 1680-1681), F. Redi, M. Malpighi, avaient effectivement tenté d’appliquer en physiologie l’enseignement de Galilée en mécanique et en hydraulique, alors que Descartes s’était satisfait d’un programme heuristique plus intentionnel qu’opératoire.

S’il est rationnel de chercher l’explication des fonctions d’un organe, tel que l’œil, ou d’un appareil tel que le cœur et les vaisseaux, dans la construction, en schéma ou en maquette, de ce qu’on a appelé depuis lors des modèles mécaniques, comme les iatromécaniciens (ou iatromathématiciens) des XVIIe et XVIIIe siècles l’ont tenté pour la contraction musculaire, pour la digestion, pour la sécrétion glandulaire, par contre, à l’épreuve des faits, il se révèle impossible d’expliquer par les seules lois de la mécanique galiléenne ou cartésienne la formation générative d’organes ou d’appareils dont la coordination fonctionnelle est précisément ce qu’on entend par la vie du vivant. En somme, le mécanisme, c’est la théorie du fonctionnement des machines construites, vivantes ou non, mais non de la construction des machines.

Dans la pratique, le mécanisme s’est révélé inopérant en embryologie. L’usage du microscope, qui s’est répandu dans la seconde moitié du XVIIe siècle, a permis l’observation des germes de vivants, ou de vivants aux premiers stades de leur développement. Mais l’observation, par J. Swammerdam, de métamorphoses d’insectes ou la découverte, par A. van Leeuwenhoek, du spermatozoïde ont été d’abord présentées comme confirmations d’une conception spéculative de la génération, végétale ou animale, selon laquelle la graine, ou l’œuf, ou bien l’animalcule spermatique contiennent, préformé en une miniature qu’éclaire le grossissement optique, un être que son évolution portera à ses dimensions d’adulte. L’observation microscopique qui a le plus fait pour valider cette théorie est incontestablement celle de Malpighi, relative à la figure initiale d’un jaune d’œuf de poulet, supposé à tort non couvé (De formatione pulli in ovo , 1669). On peut penser que le mécanisme professé par Malpighi a structuré inconsciemment sa vision des phénomènes.

Qu’on le voulût ou non, derrière toute machine se profilait un machiniste, c’est-à-dire, en langage d’époque, un constructeur. Les machines vivantes postulaient leur machiniste et ce postulat conduisait à un Summus Opifex , à Dieu. Il était alors logique de supposer que la fabrication des machines vivantes avait été une opération initiale unique, et qu’en conséquence tous les germes de tous les vivants préformés, passés, présents et futurs, étaient, dès leur création, emboîtés les uns dans les autres. Dans ces conditions, la succession des vivants n’est une histoire qu’en apparence, puisqu’une naissance n’est, en réalité, rien d’autre qu’un déballage. Lorsque des observations, moins prévenues ou plus ingénieuses, ont réactivé en la réformant une vieille interprétation de la croissance embryonnaire par le phénomène de l’épigenèse, c’est-à-dire de l’apparition successive de formations anatomiques non dérivables géométriquement de formations antécédentes (C. F. Wolf, Theoria generationis , 1759; De formatione intestinorum , 1768-1769), l’embryologie moderne s’est instituée comme une science capable d’encourager la physiologie à se libérer de la fascination du mécanisme.

La multiplication des observations des microscopistes, naturalistes, médecins, ou curieux de la nature, a contribué cependant au discrédit du mécanisme par un effet différent quoique parallèle. La structure intime et cachée des parties du végétal ou de l’animal est peu à peu apparue comme prodigieusement compliquée par rapport à leur structure macroscopique, accessible à la vue par les techniques de dissection. La découverte des animalcules, depuis lors nommés protistes, a ouvert l’empire des vivants jusqu’à des profondeurs inimaginables. Alors que la mécanique du XVIIe siècle était une théorie des déplacements et des chocs, c’est-à-dire une science des données de la vue et du toucher, l’anatomie microscopique débouchait sur des objets au-delà du manifeste et du tangible, et pouvait s’autoriser de cet au-delà structurel pour concevoir un au-delà de ce premier au-delà, et ainsi de suite. Le microscope ouvrait à l’imagination d’un infini de complications structurelles le pouvoir de rivaliser avec un nouveau calcul, étranger à l’algèbre géométrique de Descartes, le calcul de l’infini. Dans cette double raison de répudier le mécanisme, Pascal et Leibniz se sont rencontrés sans le savoir. Mais le second, à la différence du premier, a su fonder sur ses critiques une conception des êtres vivants appelée à orienter décisivement la biologie encore à venir vers la représentation de la vie comme organisation et organisme. «Ainsi chaque corps organique d’un vivant est une espèce de machine divine, ou d’un automate naturel, qui surpasse infiniment tous les automates artificiels. Parce qu’une machine faite par l’art de l’homme n’est pas machine dans chacune de ses parties [...]. Mais les machines de la nature, c’est-à-dire les corps vivants, sont encore machines dans leurs moindres parties jusqu’à l’infini. C’est ce qui fait la différence entre la nature et l’art, c’est-à-dire entre l’art divin et le nôtre» (Monadologie , 1714, 64).

La vie comme organisation

C’est, encore une fois, à Aristote qu’il faut faire remonter le terme de corps organisé. Un tel corps est un corps disposé pour fournir à l’âme les instruments ou les organes indispensables à l’exercice de ses pouvoirs. C’est pourquoi, jusqu’au XVIIe siècle, le corps organisé exemplaire c’est le corps animal. On s’interroge sur l’organisation du végétal, encore que selon Aristote les parties de la plante soient aussi des organes, quoique extrêmement simples. L’examen microscopique de préparations végétales a permis la généralisation du concept d’organisation, inspirant même des analogies fantaisistes entre les structures et les fonctions végétales et animales. R. Hooke (Micrographia , 1667), Malpighi (Anatome plantarum , 1675) et N. Grew (The Anatomy of Plants , 1682) ont découvert la structure de l’écorce, du bois, de la moelle, ont distingué les tubes, les vaisseaux et les fibres, ont comparé racines, tiges, feuilles, fruits sous le rapport de leurs membranes ou tissus.

L’organon grec désigne toutefois aussi bien l’instrument du musicien que l’outil de l’artisan. L’assimilation du corps organique humain à un orgue recouvre, au XVIIe siècle, plus qu’une métaphore – mais non la même – chez Descartes, Pascal, Bossuet (Traité de la connaissance de Dieu et de soi-même ), Leibniz. La polyvalence, biologique et musicale, des termes (organisation, organique, organiser) se retrouve jusqu’au XIXe siècle dans le Dictionnaire de Littré. Pour Descartes, l’orgue organique fonctionne sans organiste. Mais pour Leibniz l’unité structurale et fonctionnelle de l’orgue suppose l’organiste. Sans organisateur, c’est-à-dire sans âme, pas d’organisé ou d’organique. «On ne viendra jamais à quelque chose dont on puisse dire: voilà réellement un être, que lorsqu’on trouve des machines animées dont l’âme ou forme substantielle fait l’unité substantielle indépendante de l’union extérieure de l’attouchement» (Lettre à Arnauld, 28 nov. 1886). Moins célèbre, mais plus pédagogique, le médecin Daniel Duncan écrit: «L’Âme est cet habile organiste qui forme lui-même ses organes avant de les faire jouer [...]. C’est un jeu remarquable que, dans les orgues inanimées, l’organiste est différent de l’air qu’il y pousse; au lieu que dans les orgues animées l’organiste et l’air qui les fait jouer sont une seule et même chose, je veux dire l’âme qui est extrêmement semblable à l’air ou au souffle» (Histoire de l’animal, ou la Connaissance du corps animé par la mécanique et par la chimie , 1686).

L’histoire du concept d’organisme, au XVIIIe siècle, se résume dans la recherche, par les naturalistes, les médecins et les philosophes, de substituts ou d’équivalents sémantiques de l’âme, pour rendre compte du fait, de mieux en mieux établi, de l’unité fonctionnelle d’un système de parties intégrantes. Dans un tel système les parties soutiennent entre elles de tels rapports de réciprocité, directe ou médiatisée, assez bien figurés par ce qu’on nomme aujourd’hui un graphe, que, pris à la rigueur, le terme de partie ne convient plus pour désigner les organes dont l’organisme peut être dit la totalité mais non l’addition.

La lecture de Leibniz a inspiré Charles Bonnet, que les observations d’Abraham Trembley sur la reproduction des polypes par bouturage et ses propres observations sur la parthénogenèse des pucerons ont confirmé dans son hostilité au mécanisme. «Je ne rends pas encore la difficulté assez saillante: elle ne consiste pas seulement à faire former mécaniquement tel ou tel organe, composé lui-même de tant de pièces différentes; elle consiste principalement à rendre raison, par les seules lois de la mécanique, de cette foule de rapports variés qui lient si étroitement toutes les parties organiques, et en vertu desquelles elles conspirent toutes à un même but général; je veux dire à former cette unité qu’on nomme un animal , ce tout organisé qui vit, croît, sent, se meut, se conserve, se reproduit» («Tableau des considérations sur les corps organisés», in La Palingénésie philosophique , 1769).

En Allemagne, à la fin du XVIIIe siècle, le texte qui a le plus fait pour inscrire l’organisme en tête des concepts de la biologie de la période romantique est la Critique du jugement (1790) et Kant. À l’article 65, Kant, sans utiliser les mots de vie ou de vivant, analyse le concept d’être organisé. Un tel être est machine en un sens, mais ne l’est pas en ceci qu’il suppose une énergie formatrice, organisatrice de matières qui ne la possèdent pas, énergie différente de la simple puissance motrice. Le corps organique n’est pas seulement organisé, il est auto-organisateur. «Dans un tel produit de la nature, chaque partie, comme elle n’existe qu’en vertu de toutes les autres, est conçue aussi comme existant pour les autres et pour l’ensemble, c’est-à-dire comme instrument (organe); et cela n’est pas assez [...], mais elle doit être considérée comme organe engendrant les autres (et cela réciproquement), or aucun instrument de l’art ne peut être tel, mais seulement ceux de la nature.» À la même époque, le médecin C. F. Kielmeyer, que Cuvier, étudiant, avait rencontré comme condisciple à l’Académie caroline de Stuttgart, a exposé dans une conférence célèbre (Rapport des forces organiques dans la série des différentes organisations , 1793) les idées directrices d’un enseignement de la zoologie et de la botanique qui a exercé une grande influence. L’organisme est défini comme système d’organes en relation de réciprocité circulaire; ces organes sont déterminés par leurs actions, en sorte que l’organisme est un système de forces plutôt qu’un système d’organes. Kielmeyer semble recopier Kant lorsqu’il dit: «Chacun des organes, dans les modifications qu’il subit à chaque instant, est à tel point fonction de celles que subissent ses voisins qu’il semble être cause et effet des causes.» On conçoit alors le prestige des images du cercle et de la sphère sur les naturalistes romantiques. Le cercle figure la réciprocité des moyens et des fins au niveau des organes. La sphère figure la totalité, individuelle ou universelle, des formes et des forces organiques.

En France, au début du XIXe siècle, en dehors de la biologie de Cuvier, mais non sans rapport à elle, c’est la philosophie biologique d’Auguste Comte qui a exposé de façon systématique les éléments d’une théorie de l’organisation vivante (Cours de philosophie positive , III, 1838; leç. XL-XLIV). Considérant que «l’idée de vie est réellement inséparable de celle d’organisation», Comte définit l’organisme par le consensus de fonctions «en association régulière et permanente avec l’ensemble des autres». Consensus est la traduction latine du grec sumpatheia . La sympathie, par laquelle les états et les actions des parties se déterminent les uns les autres par communication sensitive, est une notion que Comte emprunte, avec celle de synergie, à Barthez, lequel écrit: «La conservation de la vie est attachée aux sympathies des organes, ainsi qu’à l’organisme de leurs fonctions [...]. Je désigne par ce mot de synergie un concours d’actions simultanées ou successives des forces de divers organes, concours tel que ces actions constituent, par leur ordre d’harmonie ou de succession, la forme propre d’une fonction de la santé ou d’un genre de maladie» (Nouveaux Éléments de la science de l’homme , IX). Comte, on le sait, importe dans la théorie de l’organisme social ce concept de consensus , et c’est dans l’exposé de la statique sociale qu’il le reprend pour le retravailler afin de le généraliser. Consensus devient alors synonyme de solidarité dans les systèmes organiques, et Comte esquisse une série des degrés du consensus organique, dont les effets sont d’autant plus stricts qu’on s’élève du végétal à l’animal et à l’homme (Cours , IV, leç. XLVIII). À partir du moment où consensus est identifié avec solidarité, on ne sait plus, de l’organisme ou de la société, lequel est le modèle, ou du moins la métaphore, de l’autre.

On se tromperait en attribuant à la seule laxité du langage philosophique l’indétermination du sens de la relation entre organisme et société. Il faut apercevoir, à l’arrière-plan, la persistance de l’imagerie technologique, toujours vivace depuis les traités aristotéliciens. Au début du XIXe siècle, un concept importé de l’économie politique, celui de division du travail, vient enrichir l’acception du concept d’organisme. Le premier exposé de cette transcription métaphorique est dû au physiologiste comparatiste Henri Milne-Edwards, dans l’article «organisation» du Dictionnaire classique des sciences naturelles (1827). L’organisme étant conçu comme une sorte d’atelier ou de manufacture, il devient logique de mesurer le perfectionnement des êtres vivants par la différenciation structurelle et la spécialisation fonctionnelle croissantes de leurs parties, donc par leur complication respective. Mais cette complication requiert, en compensation, une assurance d’unité et d’individuation. L’introduction de la théorie cellulaire en biologie, végétale d’abord (vers 1825), animale ensuite (vers 1840), devait nécessairement orienter l’attention vers les problèmes d’intégration d’individualités élémentaires et de vies particulières dans l’individualité totalisante d’un organisme et dans sa vie générale.

Ces problèmes de physiologie générale sont ceux précisément que Claude Bernard a progressivement privilégiés, au cours de sa carrière de chercheur et de professeur. On en trouvera la preuve dans la neuvième des Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux . L’organisme est une société de cellules ou d’organismes élémentaires à la fois autonomes et subordonnés. La spécialisation des composants est fonction de la complexité de l’ensemble. L’effet de cette spécialisation coordonnée, c’est la création, au niveau des éléments, d’un milieu interstitiel liquide que Claude Bernard a nommé «milieu intérieur», et qui est la somme des conditions physiques et chimiques de toute vie cellulaire. «On pourrait exprimer cette condition du perfectionnement organique, en disant qu’il consiste dans une différenciation de plus en plus marquée du travail préparatoire à la constitution du milieu intérieur.» On sait assez que Claude Bernard a, l’un des premiers, mis en évidence la constance de ce milieu intérieur, que sous le nom de sécrétion interne il a découvert un mécanisme de régulation et de contrôle de cette constance, depuis lors désigné par le terme d’homéostasie. C’est en quoi consiste l’apport original et capital de la physiologie bernardienne à la conception moderne de l’organisation vivante. Car l’existence d’un milieu intérieur, de constance obtenue par compensation des écarts ou perturbations, constitue pour les organismes régulés une assurance d’indépendance relative, face aux variations survenant dans les conditions externes de leur existence. Claude Bernard affectionnait le terme d’élasticité pour rendre l’idée qu’il se faisait de la vie organique. Et peut-être oubliait-il que la machine paradigme de son époque, la machine à vapeur, était pourvue d’un régulateur, lorsqu’il écrivait: «On traite l’organisme comme une machine et on a raison, mais on le considère comme une machine mécanique fixe, immuable, renfermée dans les bornes d’une précision mathématique, et on a grand tort. L’organisme est une machine organique , c’est-à-dire douée d’un mécanisme flexible, élastique, à cause des procédés spéciaux organiques qui sont là mis en usage, sans déroger cependant aux lois générales de la mécanique, de la physique et de la chimie» (Pensées. Notes détachées , publiées en 1937).

La vie comme information

Si l’on entend par cybernétique une théorie générale des opérations contrôlées, exécutées par des machines montées de façon telle que leurs effets ou leurs produits soient conformes à des normes fixées ou ajustés à des situations instables, on conviendra qu’il était normal que les régulations organiques, et avant tout celles qu’assure le système nerveux, deviennent un jour le modèle de ces machines dont beaucoup ont été données pour modèles de ces régulations. Entre les machines à servomécanismes ou à homéostats et les organismes, les relations d’analogie sont à double sens. Au concept d’action réciproque des parties les unes sur les autres s’est ajouté le concept de rétroaction (feed-back ) ou de boucle de régulation. C’est pourquoi l’organisation cybernétique des machines artificielles et des machines naturelles s’énonce en termes de théorie des communications, c’est-à-dire d’information. Dans un système de liaisons où la grandeur d’un effet est contrôlée par un détecteur d’écarts à partir du taux ou de l’optimum fixés, et où la détection détermine par action rétrograde une modification de la quantité de la cause, l’agent du contrôle et de la commande intervient comme porteur d’une instruction communiquée par le détecteur à l’effecteur. Cette instruction opère par sa forme de signal plutôt que par sa force d’impact. L’information est un message d’ordre à tous les sens du terme: structure cohérente à fonction de clef, commandement sans équivoque.

Un organisme est alors compris comme système biologique, système dynamique ouvert qui défend son équilibre, en maintenant des constantes envers et contre les perturbations qui l’affectent, en ajustant, soit à un niveau d’entretien, soit à une performance à réaliser, les relations qu’il soutient avec le milieu d’où il tire son énergie.

Les travaux de C. E. Shannon (1948) sur la théorie des communications et de l’information, sur les rapports entre la théorie de l’information et la thermodynamique, ont paru apporter à la philosophie biologique les éléments d’une réponse positive à la question millénaire de la nature et de la fonction de la vie. Le second principe de la thermodynamique, qui explique l’irréversibilité des transformations dans un système isolé, par dégradation de l’énergie ou par croissance de l’entropie, concerne des objets indifférents à la qualité de leurs états, inertes, morts. L’organisme, qui se nourrit, s’accroît, régénère ses mutilations, réagit aux agressions, guérit spontanément de certaines maladies, n’est-il pas en lutte contre le destin de désorganisation universelle proclamé par le principe de Carnot? L’organisation est-elle ordre au sein du désordre? maintien d’une quantité d’information proportionnelle à la complexité de la structure? Dans son langage algorithmique propre, la théorie de l’information n’en dirait-elle pas plus sur le compte du vivant que Bergson dans L’Évolution créatrice (1907, III)?

En fait, la distance est grande et la différence irréductible entre les théories actuelles de l’organisation par information et les idées que se faisaient, d’une part, Claude Bernard du développement de l’organisme individuel sous l’empire d’une «idée directrice» et, d’autre part, Bergson de l’évolution des espèces dans le sillage de l’«élan vital». Claude Bernard ne fournissait aucune explication de l’évolution des espèces, Bergson ne fournissait aucune explication de la stabilité, de la fiabilité des structures vivantes. Le recoupement des leçons de la biologie moléculaire et de la génétique a déterminé la formation d’une théorie unitaire de la constitution chimique, du fonctionnement régulé, de l’hérédité et des variations spécifiques triées par la sélection naturelle, à laquelle la théorie de l’information a entrepris de conférer une rigueur comparable à celle des théories physiques.

Mais une question reste, à l’intérieur même de la théorie, et dont le statut même de question ne paraît pas en voie d’être dépassé: c’est celle de l’origine de l’information biologique. A. Lwoff enseigne que l’ordre biologique ne peut naître que de l’ordre biologique, formulation contemporaine des aphorismes omne vivum ex vivo, omnis cellula e cellula . Comment se représenter alors l’auto-organisation initiale, s’il est vrai que la transmission d’information suppose une source d’information? Un philosophe, Raymond Ruyer, pose la question: «Le hasard ne peut rendre raison de l’anti-hasard. La communication mécanique d’information par machine ne peut rendre raison de l’information elle-même, puisque la machine ne peut que la dégrader, ou, au mieux, la conserver.» Cette question, les biologistes ne la trouvent pas insignifiante. Les théories contemporaines de l’origine de la vie sur la Terre cherchent dans une évolution chimique initiale la condition de l’évolution biologique. Dans le cadre strict de la théorie de l’information, le biophysicien Henri Atlan, a proposé une réponse ingénieuse et difficile qu’il nomme «le principe d’ordre à partir de bruit» selon lequel les systèmes auto-organisateurs utilisent, pour évoluer, le «bruit», c’est-à-dire les perturbations aléatoires du milieu. Le sens de l’organisation serait-il dans l’utilisation du contresens? Mais pourquoi toujours deux sens inverses?

La vie et la mort

Paradoxalement, ce qui caractérise le vivant est le phénomène d’usure progressive et de cessation définitive de ces fonctions, plus que leur existence même. C’est leur mort qui qualifie les individus vivants au sein du monde, c’est son inéluctabilité qui rend sensible l’apparente exception qu’ils instituent relativement aux contraintes thermodynamiques. En sorte que la recherche des signes de la mort est, au fond, la recherche inversée d’un signe irrécusable de la vie.

La théorie de A. Weismann (1885) sur la continuité du plasma germinatif opposée à la mortalité de son support somatique, les techniques de culture de tissus embryonnaires (Alexis Carrel, 1912) ou de culture pure de bactéries ont introduit, en biologie générale, la notion d’immortalité potentielle du vivant unicellulaire, mortel seulement par accident, et ont accrédité l’idée que le vieillissement et la mort naturelle, au terme d’une durée spécifique de vie, sont liés à la complexité des organismes hautement intégrés. Dans de tels organismes, chaque constituant élémentaire est soumis à une limitation de ses potentialités, du seul fait de l’exercice, par les autres constituants, de leurs fonctions respectives. Mourir est le privilège, ou la rançon, en tout cas le destin des machines naturelles les mieux régulées, les plus homéostatiques.

Considérée du point de vue de l’évolution des espèces, la mort est la fin du sursis que la pression de la sélection accorde à des mutants momentanément plus aptes à se situer dans un certain contexte écologique. La mort dégage des voies, libère des espaces, ouvre fallacieusement l’avenir à des formes imprévues de vie pour qui la dernière heure sonnera aussi.

Considérée du point de vue de l’individu, la mort est une échéance inscrite dans son patrimoine génétique, comme si son anéantissement et son retour à l’inertie, passé un délai certain, lui étaient imposés comme son ultime devoir.

On peut alors se demander pourquoi une théorie comme celle que Freud a esquissée sous l’appellation de «pulsion de mort» (Au-delà du principe de plaisir , 1920) a rencontré tant de résistances. Cette idée était liée chez Freud à une conception énergétique de la vie et du psychisme. Or, s’il est vrai que le vivant est un système en déséquilibre incessamment compensé par emprunts à l’extérieur, s’il est vrai que la vie est en tension avec le milieu inerte, qu’y a-t-il d’étrange ou de contradictoire dans l’hypothèse d’un instinct de réduction des tensions à zéro, d’une tendance à la mort? «Si nous admettons que l’être vivant n’est apparu qu’après les objets inanimés dont il est issu, nous devons en conclure que l’instinct de mort se conforme à la formule donnée plus haut et suivant laquelle tout instinct tend à restaurer un état antérieur.» Peut-être la théorie freudienne fera-t-elle l’objet d’un nouvel examen, en rapport avec les conclusions des travaux d’Atlan: «Le seul projet reconnaissable en vérité dans les organismes vivants est la mort. Mais, du fait de la complexité initiale de ces organismes, des perturbations capables de les écarter de l’état d’équilibre ont comme conséquence l’apparition d’une complexité encore plus grande dans le processus lui-même de retour à l’équilibre» («Mort ou vif?», in L’Organisation biologique et la théorie de l’information , 1972).

Resterait, en dernier lieu, à comprendre la raison et le sens du désir réactionnel d’immortalité, du rêve de survie – «thème de fabulation utile», dit Bergson – propre à l’homme de certaines cultures. Un arbre mort, un oiseau mort, une charogne: autant de vies individuelles abolies sans conscience de leur destin de mort. La valeur de la vie, la vie comme valeur ne s’enracinent-elles pas dans la connaissance de son essentielle précarité? «La mort (ou son allusion) rend les hommes précieux et pathétiques. Ils émeuvent par leur condition de fantômes; chaque acte qu’ils accomplissent peut être le dernier; aucun visage qui ne soit à l’instant de se dissiper comme un visage de songe. Tout chez les mortels a la valeur de l’irrécupérable et de l’aléatoire» (J. L. Borges, L’Aleph , 1962).

vie [ vi ] n. f.
• 1080; vida, vide fin Xe; lat. vita
I
1Cour. Fait de vivre, propriété essentielle des êtres organisés qui évoluent de la naissance à la mort en remplissant des fonctions qui leur sont communes. existence. La vie des végétaux, des animaux. La vie humaine ( âme, esprit, souffle) . « La vie est le roman de la matière » (Cioran). Doué de vie. animé. Être en vie. 2. vivant. Être sans vie, mort, et par exagér. évanoui. Revenir à la vie ( ressusciter, revivre) . Mère qui donne la vie à un enfant ( enfanter) . Loc. Signe de vie. Entre la vie et la mort. Sa vie ne tient plus qu'à un fil. Avoir la vie dure. Passer de vie à trépas. Perdre la vie ( mourir) . Ôter la vie à qqn ( tuer) . Attenter à sa vie ( suicide) . « Petit poisson deviendra grand Pourvu que Dieu lui prête vie » (La Fontaine). PROV. Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir : malgré les difficultés, on peut toujours espérer. — Devoir la vie à qqn, avoir été sauvé par lui. Défendre, sauver la vie de... Laisser la vie sauve à qqn, l'épargner. Avoir la vie sauve. Sauver sa vie. peau. Donner, sacrifier, exposer, risquer sa vie pour qqn, qqch. Au péril de ma vie. La bourse ou la vie. « La vie vaut-elle plus que l'honneur ? » (Bernanos). Une question de vie ou de mort ( vital) . Droit de vie ou de mort. Jurer qqch. sur sa vie. Assurance sur la vie. Le sens de la vie.
Spécialt Fait de vivre intensément. vigueur, vitalité. « cette petite fille, si pleine de vie, si turbulente » ( Radiguet).
Fig. Animation que l'artiste donne à la matière qu'il met en œuvre. « La vie est le don propre de l'artiste » (Suarès). Tableau où il y a de la vie, qui manque de vie. « Modeler une statue et lui donner la vie » (Hugo). « La vie des créatures imaginaires » (Duhamel).
2Biol. Ensemble des phénomènes (croissance, métabolisme, reproduction) que présentent tous les organismes, animaux ou végétaux, de la naissance à la mort. bio-. « La vie est l'ensemble des fonctions qui résistent à la mort » (Bichat). Vie de la cellule, des tissus. Vie organique. Vie animale, végétale. Transmission de la vie. fécondation, reproduction. La fermentation « est un phénomène de vie » (Mondor). Vie végétative. Vie latente. cryptobiose, dormance. Vie intra-utérine. « Il est vraisemblable que la vie anime toutes les planètes suspendues à toutes les étoiles » (Bergson). Le problème de l'origine de la vie, de l'apparition de la vie.
3 ♦ LA VIE (DE...); UNE VIE. Espace de temps compris entre la naissance et la mort (d'un individu). Le cours de la vie. Les divers âges de la vie de l'homme. « Chaque instant de la vie est un pas vers la mort » (P. Corneille). Au commencement, à la fin de la vie. Tranche de vie. « La vie est courte, mais l'ennui l'allonge » (Renard). Élixir de longue vie. « Le sommeil occupe le tiers de notre vie » (Nerval). JAMAIS DE LA VIE. De la vie, de ma vie (en phrase négative) :jamais. De ma vie je n'ai vu chose pareille !
Relig. Cette vie, la vie terrestre, présente, mortelle. Dans cette vie et dans l'autre. Absolt La vie éternelle, l'esprit, la spiritualité. « Je suis la Résurrection et la Vie » ( ÉVANGILE St Jean). Le pain de vie. eucharistie. L'arbre de vie.
Par ext. Temps qui reste à vivre à une personne. « Chagrin d'amour dure toute la vie » (Florian). Amis pour la vie, pour toujours. À la vie et à la mort. Loc. À VIE : pour tout le temps qui reste à vivre. Pairs nommés à vie. Bannissement à temps ou à vie. De ma (ta, sa...) vie : qui a la plus grande importance possible pour (qqn). La femme, la rencontre, la chance de sa vie.
4Ensemble des activités et des événements qui remplissent pour chaque être ces espaces de temps. destin, destinée. « Les actions les plus décisives de notre vie » (A. Gide). « Il m'a raconté toute sa vie » (Martin du Gard). « la conscience de sa vie manquée » (Flaubert). Par méton. biographie. Écrire une vie de Rimbaud.
Manière de vivre, aspect particulier que prennent ces activités et ces événements selon l'individu. mœurs. Mode, train, style de vie. Changer de vie. Commencer une vie nouvelle. Mener une double vie. Vie simple, rangée, casanière. « les uns continuaient leur petite vie » (Camus). « La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles » (Verlaine). Vie agitée, mouvementée, errante, de bohème. Il nous fait, nous mène la vie dure : il nous tourmente, nous fait souffrir. Fam. Il nous fait la vie : il nous querelle sans cesse. Une vie de chien. Ce n'est pas une vie ! c'est insupportable. C'est la belle, la bonne vie. Mener joyeuse vie ( s'amuser) . Vivre sa vie, la vie pour laquelle on s'estime fait, en la menant à sa guise. Refaire sa vie. La vie de château. La vie d'artiste. Vie de pacha. Mener une vie de débauche, de patachon, de bâton de chaise. Enterrer sa vie de garçon. Vx Femme de mauvaise vie : prostituée. — Fam. et vx Faire la vie : mener une vie de plaisirs.
Manière de vivre commune à une collectivité, une société. La vie des marins, des mineurs. La vie animale. La vie des Romains sous l'Empire. La vie moderne. La vie citadine.
5(Suivi d'une épithète, d'un compl.) Part de l'activité humaine, type d'activité qui s'exerce dans certaines conditions, certains domaines. Vie privée, publique. Vie civile, militaire. Vie conjugale, familiale, de famille. Vie sauvage. Vie sociale, en société. Vie professionnelle. Vie matérielle, pratique, quotidienne, courante. La vie politique, économique. Vie active. Vie religieuse. Vie sédentaire, nomade. Vie scolaire, ouvrière. La vie à la campagne; la vie des champs. La vie parisienne. La vie littéraire, théâtrale, sportive.
Par ext. Monde, univers où s'exerce une activité psychique. La vie intérieure, spirituelle. La vie affective, sentimentale. Vie mentale, psychique. Vie intellectuelle.
6Moyens matériels (nourriture, argent...) d'assurer la subsistance d'un être vivant. Gagner sa vie. Prix, coût de la vie. Lutte contre la vie chère. Le bien modeste « qui pouvait suffire à ma vie » (Nerval). Niveau de vie ( standing) .
7Absolt Le monde humain, le cours des choses humaines, la participation au monde réel. Expérience, connaissance de la vie. Idées sur les hommes et sur la vie. Regarder la vie en face. Prendre la vie du bon côté. « La vie rejette ceux qui ne s'adaptent pas » (F. Mauriac). « Dans la vie, rien ne se résout; tout continue » (A. Gide). Plaisirs, misères de la vie. Que voulez-vous, c'est la vie ! c'est comme ça ! (d'une chose déplaisante). « Ah ! que la Vie est quotidienne ! » (Laforgue). Films qui montrent la vie en rose. Se réconcilier avec la vie. Ça ne se passe pas comme ça dans la vie.
IIPar anal. Existence dont le caractère temporel et dynamique évoque la vie.
1(Dans le monde humain) La vie des sociétés, des peuples. La vie du pays, de la nation, de l'État. « cette généralité nécessaire à la vie des livres » (Henriot). La vie des mots. La vie d'une idée, d'une doctrine.
2(Dans le monde matériel, inorganique) Vie des étoiles. Vie d'un volcan. « Vie et transmutation des atomes », ouvrage de J. Thibaud.
Durée de vie, vie moyenne : temps moyen que met une population d'éléments instables (radioactifs) pour être divisée par un coefficient e égal à 2,71828 (aussi demi-vie) .
⊗ CONTR. 1. Mort. ⊗ HOM. Vit.

vie nom féminin (latin vita) Caractère propre aux êtres possédant des structures complexes (macromolécules, cellules, organes, tissus), capables de résister aux diverses causes de changement, aptes à renouveler, par assimilation, leurs éléments constitutifs (atomes, petites molécules), à croître et à se reproduire. État d'activité caractéristique de tous les organismes animaux et végétaux, unicellulaires ou pluricellulaires, de leur naissance à leur mort. Suite de phénomènes qui font évoluer l'œuf fécondé (zygote) vers l'âge adulte, la reproduction et la mort. Ensemble des conditions et caractéristiques d'existence propres à un type d'êtres vivants : Étudier la vie des animaux. Vie végétale. Durée d'existence d'un individu : Certaines plantes ont une vie de cinq ans. Fait de vivre ; existence, en particulier humaine : Sauver la vie à quelqu'un. Manière de vivre propre à un groupe, caractérisée par un ensemble de conditions sociales, économiques, culturelles, historiques, etc. : La vie des femmes au XIXe s. Durée de l'existence humaine ; ensemble des événements qui se succèdent dans cette existence : Elle m'a raconté sa vie. Biographie : Lire la vie d'un écrivain. Mode d'existence de quelqu'un, d'un groupe que définissent un ensemble d'occupations, d'activités ou de préoccupations spécifiques : Distinguer sa vie privée et sa vie publique. Puissance considérée comme régissant l'ensemble des événements de l'existence humaine, ces événements dans ce qu'ils ont d'imprévisible et d'inéluctable : Les hasards de la vie. Durée de fonctionnement, d'utilisation de quelque chose : Cette machine aura eu la vie courte. Ensemble des activités, des situations, des relations entre personnes qui marquent l'existence et le fonctionnement d'un secteur, d'un groupe : La vie de l'entreprise. Domaine d'activités, ensemble de productions spécifiques, évolutions particulières à un secteur, à un milieu : La vie artistique en France au XXe siècle. Ensemble des conditions, en particulier matérielles, dans lesquelles on passe son existence ; ensemble des choses dont on a besoin, des biens de consommation permettant d'assurer son existence : La vie est chère. Dynamisme, élan, vitalité qui caractérise quelqu'un, une action, une œuvre ; animation dans un lieu : Il y a de la vie dans ce film. ###● vie (citations) nom féminin (latin vita) Émile Chartier, dit Alain Mortagne-au-Perche 1868-Le Vésinet 1951 Cette autre vie qu'est cette vie dès qu'on se soucie de son âme. Histoire de mes pensées Gallimard Émile Chartier, dit Alain Mortagne-au-Perche 1868-Le Vésinet 1951 Il n'y a guère que le sublime qui puisse nous aider dans l'ordinaire de la vie. Préliminaires à l'esthétique Gallimard Émile Chartier, dit Alain Mortagne-au-Perche 1868-Le Vésinet 1951 La vie est un travail qu'il faut faire debout. Propos d'un Normand, tome I Gallimard Henri Frédéric Amiel Genève 1821-Genève 1881 Chaque vie se fait son destin. Journal intime, 16 décembre 1847 Jean Anouilh Bordeaux 1910-Lausanne 1987 Il y a l'amour […] Et puis il y a la vie, son ennemie. Ardèle ou la Marguerite, le général La Table Ronde Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire Rome 1880-Paris 1918 Les feuilles Qu'on foule Un train Qui roule La vie S'écoule. Alcools, Automne malade Gallimard Louis Aragon Paris 1897-Paris 1982 La vie est un voyageur qui laisse traîner son manteau derrière lui, pour effacer ses traces. Les Voyageurs de l'impériale Gallimard Paul Arène Sisteron 1843-Antibes 1896 La vie parfois se présente vulgaire ; mais le sage, pour en relever l'originelle bassesse, a cette ressource de rêver. La Veine d'argile Pitois-Levrault Claude Aveline Paris 1901-Paris 1992 Fais que chaque heure de ta vie soit belle. Le moindre geste est un souvenir futur. Avec toi-même, etc. Mercure de France Marcel Aymé Joigny 1902-Paris 1967 La vie n'est jamais aussi compliquée que se plaisent à l'imaginer les têtes faibles. La Mouche bleue Gallimard Marcel Aymé Joigny 1902-Paris 1967 La vie, ça finit toujours mal. Les Oiseaux de lune Gallimard Henri Bergson Paris 1859-Paris 1941 Le rôle de la vie est d'insérer de l'indétermination dans la matière. L'Évolution créatrice P.U.F. Henri Bergson Paris 1859-Paris 1941 Toutes nos analyses nous montrent dans la vie un effort pour remonter la pente que la matière descend. L'Évolution créatrice P.U.F. Georges Bernanos Paris 1888-Neuilly-sur-Seine 1948 La vie n'apporte aucune désillusion, la vie n'a qu'une parole, elle la tient. Les Grands Cimetières sous la lune Plon Claude Bernard Saint-Julien, Rhône, 1813-Paris 1878 […] le terrain fétide et palpitant de la vie. Introduction à l'étude de la médecine expérimentale Marie François Xavier Bichat Thoirette, Jura, 1771-Paris 1802 La vie est l'ensemble des fonctions qui résistent à la mort. Recherches physiologiques sur la vie et la mort Henry Bordeaux Thonon-les-Bains 1870-Paris 1963 Académie française, 1919 […] Transmettre la vie, c'est admettre l'immortalité. Les Roquevillard Plon Joë Bousquet Narbonne 1897-Carcassonne 1950 J'ai voulu être capable de me faire aimer de ma vie. Lettres à Poisson d'Or Gallimard André Breton Tinchebray, Orne, 1896-Paris 1966 La vie est donnée à l'homme avec des séductions comparables à celles que doit offrir aux fourmis la langue du fourmilier. Première Exposition Dali, préface, 1929 Henri Calet Paris 1903-Vence 1956 Ma vie est difficile parce que j'ai horreur du mensonge. Peau d'ours Gallimard Louis Ferdinand Destouches, dit Louis-Ferdinand Céline Courbevoie 1894-Meudon 1961 Dans l'Histoire des temps la vie n'est qu'une ivresse, la Vérité c'est la Mort. Semmelweis Gallimard Frédéric Sauser, dit Blaise Cendrars La Chaux-de-Fonds 1887-Paris 1961 […] la vie absurde qui remue ses oreilles d'âne. Aujourd'hui Grasset Ausone de Chancel château de Guissalles, Charente 1808-Mostaganem 1878 On entre, on crie Et c'est la vie ! On crie, on sort Et c'est la mort. Quatrain inscrit en tête d'un album René Char L'Isle-sur-la-Sorgue, Vaucluse, 1907-Paris 1988 L'éternité n'est guère plus longue que la vie. Feuillets d'Hypnos Gallimard René Char L'Isle-sur-la-Sorgue, Vaucluse, 1907-Paris 1988 Prend-on la vie autrement que par les épines ? Retour amont Gallimard Jacques Boutelleau, dit Jacques Chardonne Barbezieux 1884-La Frette-sur-Seine 1968 Rien de précieux n'est transmissible. Une vie heureuse est un secret perdu. Claire Grasset Jean-Baptiste Chassignet Besançon vers 1578-1637 Notre vie est semblable à la mer vagabonde, Où le flot suit le flot, et l'onde pousse l'onde, Surgissant à la fin au havre de la mort. Le Mespris de la vie et consolation contre la mort François René, vicomte de Chateaubriand Saint-Malo 1768-Paris 1848 Alexandre créait des villes partout où il courait : j'ai laissé des songes partout où j'ai traîné ma vie. Mémoires d'outre-tombe François René, vicomte de Chateaubriand Saint-Malo 1768-Paris 1848 La mort ne révèle point les secrets de la vie. Mémoires d'outre-tombe François René, vicomte de Chateaubriand Saint-Malo 1768-Paris 1848 Tout me lasse : je remorque avec peine mon ennui avec mes jours, et je vais partout bâillant ma vie. Mémoires d'outre-tombe Georges Colomb, dit Christophe Lure 1856-Nyons 1945 La vie, hélas ! n'est qu'un tissu de coups de poignard qu'il faut savoir boire goutte à goutte. Les Facéties du sapeur Camember Armand Colin Paul Claudel Villeneuve-sur-Fère, Aisne, 1868-Paris 1955 Est-ce que le but de la vie est de vivre ? L'Annonce faite à Marie, IV, 5, Anne Vercors Gallimard Pierre Corneille Rouen 1606-Paris 1684 Chaque instant de la vie est un pas vers la mort. Tite et Bérénice, V, 1, Tite Pierre Daninos Paris 1913 De tous les pays du monde, la France est peut-être celui où il est le plus simple d'avoir une vie compliquée et le plus compliqué d'avoir une vie simple. Les Carnets du major W. Marmaduke Thompson Hachette Eustache Morel, dit Deschamps Vertus, Marne, 1346-vers 1407 Car il n'est rien qui vaille franche vie. Ballades de moralité Eugène Grindel, dit Paul Eluard Saint-Denis 1895-Charenton-le-Pont 1952 Il n'y a qu'une vie c'est donc qu'elle est parfaite. Une leçon de morale, les Souvenirs et le présent Gallimard Gaston Arman de Caillavet Paris 1869-Essendiéras, Dordogne, 1915 et Robert Pellevé de La Motte-Ango, marquis de Flers Pont-l'Évêque 1872-Vittel 1927 Académie française, 1920 Aujourd'hui, la vie va si vite que la conscience ne peut pas suivre. La Belle Aventure L'Illustration Anatole François Thibault, dit Anatole France Paris 1844-La Béchellerie, Saint-Cyr-sur-Loire, 1924 Académie française, 1896 Quand on dit que la vie est bonne et quand on dit qu'elle est mauvaise, on dit une chose qui n'a point de sens. Il faut dire qu'elle est bonne et mauvaise à la fois. Le Jardin d'Épicure Calmann-Lévy Charles de Gaulle Lille 1890-Colombey-les-Deux-Églises 1970 […] Ce que nous pensons de la mort n'a d'importance que par ce que la mort nous fait penser de la vie. Propos recueillis par André Malraux dans Les Chênes qu'on abat Gallimard Charles de Gaulle Lille 1890-Colombey-les-Deux-Églises 1970 La vie n'est pas le travail : travailler sans cesse rend fou. Propos recueillis par André Malraux dans Les Chênes qu'on abat Gallimard Nicolas Joseph Florent Gilbert Fontenoy-le-Château, Vosges, 1750-Paris 1780 Au banquet de la vie, infortuné convive, J'apparus un jour, et je meurs : Je meurs, et sur ma tombe, où lentement j'arrive Nul ne viendra verser des pleurs. Ode imitée de plusieurs psaumes Julien Green Paris 1900-Paris 1998 Académie française, 1971 Notre vie est un livre qui s'écrit tout seul. Nous sommes des personnages de roman qui ne comprennent pas toujours bien ce que veut l'auteur. Journal Plon Marcel, dit Jean Guéhenno Fougères 1890-Paris 1978 Académie française, 1962 Nous vivons une vie, nous en rêvons une autre, mais celle que nous rêvons est la vraie. La Foi difficile Grasset Louis Guilloux Saint-Brieuc 1899-Saint-Brieuc 1980 La vérité de cette vie, ce n'est pas qu'on meurt, c'est qu'on meurt volé. Journal Gallimard Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Ami, cache ta vie et répands ton esprit. Les Rayons et les Ombres, À un poète Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 La sortie de la vie commence un peu avant la mort. On se sent couvert d'ombre. Tas de pierres Éditions Milieu du monde Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 La vie est une phrase interrompue. Tas de pierres Éditions Milieu du monde Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Pourquoi Dieu met-il donc le meilleur de la vie Tout au commencement ? Les Voix intérieures, À Eugène, vicomte H. Panait Istrati Brăila 1884-Bucarest 1935 C'est faire confiance à la vie, que se mesurer avec l'impossible. Pour avoir aimé la terre Denoël Joseph Joubert Montignac, Corrèze, 1754-Villeneuve-sur-Yonne 1824 Le soir de la vie apporte avec soi sa lampe. Pensées Jean de La Bruyère Paris 1645-Versailles 1696 La plupart des hommes emploient la meilleure partie de leur vie à rendre l'autre misérable. Les Caractères, De l'homme Henri Lacordaire Recey-sur-Ource, Côte-d'Or, 1802-Sorèze 1861 Académie française, 1860 La vie, cette goutte de lait et d'absinthe. Pensées Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 L'un disait : « Il est mort ; je l'avais bien prévu. — S'il m'eût cru, disait l'autre, il serait plein de vie. » Fables, les Médecins Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 […] Je voudrais qu'à cet âge On sortît de la vie ainsi que d'un banquet, Remerciant son hôte, et qu'on fît son paquet. Fables, la Mort et le Mourant Jules Laforgue Montevideo 1860-Paris 1887 Ah ! que la Vie est quotidienne… Et, du plus vrai qu'on se souvienne, Comme on fut piètre et sans génie… Les Complaintes, Complainte sur certains ennuis Jules Laforgue Montevideo 1860-Paris 1887 Vie ou néant ! choisir. Ah ! quelle discipline ! Que n'est-il un Éden entre ces deux usines ? Les Complaintes, Complainte des voix sous le figuier bouddhique Alphonse de Prât de Lamartine Mâcon 1790-Paris 1869 La vie est un mystère, et non pas un délire. Nouvelles Méditations, À M. de Musset Paul Léautaud Paris 1872-Robinson 1956 Je n'ai rien vu de grand dans la vie que la cruauté et la bêtise. Journal littéraire Mercure de France Claude Lévi-Strauss Bruxelles 1908 Le jour où l'on parviendra à comprendre la vie comme une fonction de la matière inerte, ce sera pour découvrir que celle-ci possède des propriétés bien différentes de celles qu'on lui attribuait. La Pensée sauvage Plon Émile Littré Paris 1801-Paris 1881 Académie française, 1871 Celui qui veut faire un emploi sérieux de la vie doit toujours agir comme s'il avait à vivre longuement et se régler comme s'il lui fallait mourir prochainement. Dictionnaire de la langue française André Malraux Paris 1901-Créteil 1976 Cette auberge sans routes qui s'appelle la vie. Antimémoires Gallimard André Malraux Paris 1901-Créteil 1976 J'ai appris qu'une vie ne vaut rien, mais que rien ne vaut une vie. Les Conquérants Gallimard André Malraux Paris 1901-Créteil 1976 La tragédie de la mort est en ceci qu'elle transforme la vie en destin. L'Espoir Gallimard Roger Martin du Gard Neuilly-sur-Seine, 1881-Sérigny, Orne, 1958 La vie, c'est la victoire qui dure. Jean Barois Gallimard Louis Massignon Nogent-sur-Marne 1883-Paris 1962 La vraie, la seule histoire d'une personne humaine, c'est l'émergence graduelle de son vœu secret à travers sa vie publique. Un vœu et un destin : Marie-Antoinette, reine de France, in Lettres nouvelles n° 30-31 Jean-Baptiste Massillon Hyères 1663-Beauregard-l'Évêque, Puy-de-Dôme, 1742 Académie française, 1719 Si tout doit finir avec nous, si l'homme ne doit rien attendre après cette vie et que ce soit ici notre patrie, notre origine, et la seule félicité que nous pouvons nous promettre, pourquoi n'y sommes-nous pas heureux ? Sermons, Sur la vérité d'un avenir Armand Masson 1857-1921 La vie est un oignon qu'on épluche en pleurant. Pour les quais, Mirliton Messein Oscar Vladislas de Lubicz-Milosz, dit O. V. de L. Milosz Tchereïa, Lituanie, 1877-Fontainebleau 1939 De la vie à la vie, quel chemin ! Poèmes, la Confession de Lemuel Fourcade Michel Eyquem de Montaigne château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592 Nous ne devenons pas autres pour mourir. J'interprète toujours la mort par la vie. Essais, II, 11 Michel Eyquem de Montaigne château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592 Nous troublons la vie par le soin de la mort et la mort par le soin de la vie ; l'une nous ennuie, l'autre nous effraye. Essais, III, 12 Henry Millon de Montherlant Paris 1895-Paris 1972 Académie française, 1960 Il y a deux moments de sa vie où tout homme est respectable : son enfance et son agonie. Carnets Gallimard Ioánnis Papadhiamandopoúlos, dit Jean Moréas Athènes 1856-Paris 1910 Ne dites pas : la vie est un joyeux festin ; Ou c'est d'un esprit sot, ou c'est d'une âme basse. Surtout ne dites point : elle est malheur sans fin ; C'est d'un mauvais courage, et qui trop tôt se lasse. Stances Mercure de France Roger Nimier Paris 1925-Garches 1962 Quand on la regarde bien en face, il paraît que la vie se trouble et file sans demander son reste. Le Hussard bleu Gallimard Jean Paulhan Nîmes 1884-Neuilly-sur-Seine 1968 Académie française, 1963 Je suis comme tout le monde : je n'ai pas continuellement la certitude de mener une vie véritable. L'Aveuglette Gallimard Gaétan Picon Bordeaux 1915-Paris 1976 Être avec ma vie comme devant un amour à vivre à l'exclusion de tout autre […]. L'Œil double Gallimard Marcel Proust Paris 1871-Paris 1922 […] Toutes les choses de la vie qui ont existé une fois tendent à se recréer […]. À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann Gallimard Marcel Proust Paris 1871-Paris 1922 […] Nous ne savons jamais si nous ne sommes pas en train de manquer notre vie. Jean Santeuil Gallimard Jules Renard Châlons, Mayenne, 1864-Paris 1910 Il faut dompter la vie par la douceur. Journal, 6 avril 1892 Gallimard Arthur Rimbaud Charleville 1854-Marseille 1891 Le chant des cieux, la marche des peuples ! Esclaves, ne maudissons pas la vie. Une saison en enfer, Matin Arthur Rimbaud Charleville 1854-Marseille 1891 Il a peut-être des secrets pour changer la vie ? Une saison en enfer, Délires I Arthur Rimbaud Charleville 1854-Marseille 1891 La vraie vie est absente. Nous ne sommes pas au monde. Une saison en enfer, Délires I Jules Romains, pseudonyme littéraire devenu ensuite le nom légal de Louis Farigoule Saint-Julien-Chapteuil, Haute-Loire, 1885-Paris 1972 Académie française, 1946 Dégustée toute seule, sans aucun ajoutis, sans une cuillerée de ceci ou de cela, la vie est souvent comme l'eau de beaucoup de rivières, elle sent la vase. Les Hommes de bonne volonté, le Tapis magique Flammarion Jules Romains, pseudonyme littéraire devenu ensuite le nom légal de Louis Farigoule Saint-Julien-Chapteuil, Haute-Loire, 1885-Paris 1972 Académie française, 1946 La vie d'un homme, la liberté d'un homme ont si peu d'importance dès qu'elles cessent d'être des valeurs infinies. Les Hommes de bonne volonté, le Monde est ton aventure Flammarion Jules Roy Rovigo, aujourd'hui Bougara, Algérie, 1907-Vézelay 2000 Pourquoi compliquer de mystère ce qui n'est que la vie ? La Bataille dans la rizière Gallimard Antoine de Saint-Exupéry Lyon 1900-disparu en mission aérienne en 1944 L'ordre ne crée pas la vie. Carnets Gallimard Jean-Paul Sartre Paris 1905-Paris 1980 La vie, c'est une panique dans un théâtre en feu. Nekrassov Gallimard Jean-Paul Sartre Paris 1905-Paris 1980 Il faut faire en sorte que l'homme puisse, en toute circonstance, choisir la vie. Situations II Gallimard Victor Segalen Brest 1878-Huelgoat 1919 C'est grossier comme si souvent la vie dans son goût inné pour le tréteau […]. Peintures Plon Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné Paris 1626-Grignan 1696 Je me trouve dans un engagement qui m'embarrasse : je suis embarquée dans la vie sans mon consentement ; il faut que j'en sorte, cela m'assomme ; et comment en sortirai-je ? Correspondance, à Mme de Grignan, 16 mars 1672 Jean de Sponde Mauléon 1557-Bordeaux 1595 Savez-vous bien que c'est le train de cette vie ? La fuite de la Vie, et la course à la Mort. Sonnets d'amour, Sur la mort, IV Paul Valéry Sète 1871-Paris 1945 Politique de la vie. Le réel est toujours dans l'opposition. Mauvaises Pensées et autres Gallimard Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues Aix-en-Provence 1715-Paris 1747 On ne peut juger de la vie par une plus fausse règle que la mort. Réflexions et Maximes Commentaire Cette réflexion semble être une réplique à Montaigne. Paul Verlaine Metz 1844-Paris 1896 Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là, Simple et tranquille. Sagesse, III, 6 Messein Paul Verlaine Metz 1844-Paris 1896 La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles Est une œuvre de choix qui veut beaucoup d'amour. Sagesse, I, 8 Messein Boris Vian Ville-d'Avray 1920-Paris 1959 On passe sa vie à romancer les motifs et à simplifier les faits. En verve P. Horay Alfred, comte de Vigny Loches 1797-Paris 1863 […] Qu'est-ce qu'une grande vie sinon une pensée de la jeunesse exécutée par l'âge mûr ? Cinq-Mars Cicéron, en latin Marcus Tullius Cicero Arpinum 106-Formies 43 avant J.-C. Qu'est-ce que « longtemps » pour une vie d'homme ? Quid est in hominis vita diu ? De la vieillesse, XIX, 69 Horace, en latin Quintus Horatius Flaccus Venusia, Apulie, 65-Rome ? 8 avant J.-C. Rarement nous pouvons découvrir un homme qui dise avoir vécu heureux et qui, son temps fini, quitte la vie content comme un convive rassasié. Inde fit, ut raro, qui se vixisse beatum Dicat et exacto contentus tempore vita Cedat uti conviva satur, reperire queamus. Satires, I, 1, 117 Juvénal, en latin Decimus Junius Juvenalis Aquinum, Apulie, vers 60 après J.-C.-vers 130 Consacrer sa vie à la vérité. Vitam impendere vero. Satires, IV, 91 Commentaire Devise de Rousseau. Profession de foi de Descartes et de Pierre Larousse. Lucrèce, en latin Titus Lucretius Carus Rome ? vers 98-55 avant J.-C. Pourquoi ne te retires-tu pas de la vie comme un convive rassasié et ne te résignes-tu pas, sot que tu es, à prendre un repos exempt de soucis ? Cur non ut plenus vitae conviva recedis, Aequo animoque capis securam, stulte, quietem ? De natura rerum , III, 936 Marcus Manilius Ier s. Chaque instant de la vie est un pas vers la mort. Nascentes morimur, finisque ab origine pendet. Astronomica, IV, 16 Martial, en latin Marcus Valerius Martialis Bilbilis, Espagne, vers 40 après J.-C.-Bilbilis, Espagne, vers 104 Les êtres extraordinaires ont la vie courte et vieillissent rarement. Immodicis brevis est aetas et raro senectus. Épigrammes, VI, 29, 7 Sénèque, en latin Lucius Annaeus Seneca, dit Sénèque le Philosophe Cordoue vers 4 avant J.-C.-65 après J.-C. De là ce cri du plus grand des médecins : la vie est courte, longue est la science. Inde illa maximi medicorum exclamatio est : vitam brevem esse, longam artem. De la brièveté de la vie, 1 Hippocrate Sénèque, en latin Lucius Annaeus Seneca, dit Sénèque le Philosophe Suite de l'article ###● vie (citations) (suite) Retour au début de l'article Cordoue vers 4 avant J.-C.-65 après J.-C. La plus grande partie de la vie passe à mal faire, une grande partie à ne rien faire, toute la vie à faire autre chose que ce que l'on devrait. Maxima pars vitae elabitur male agentibus, magna nihil agentibus, tota vita aliud agentibus. Lettres à Lucilius, I Suétone, en latin Caius Suetonius Tranquillus vers 69-vers 126 [Auguste] fit venir ses amis et leur demanda s'il leur paraissait avoir bien joué jusqu'au bout la farce de la vie. … et admissos amicos percontatus, ecquid iis videretur mimum vitae commode transegisse… Vies des douze Césars, Auguste, XCIX Bible Nous, nés d'hier, nous ne savons rien, notre vie sur terre passe comme une ombre. Ancien Testament, Job VIII, 9 Commentaire « Sicut umbrae dies nostri. » Citation empruntée à la « Bible de Jérusalem ». Bible Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul ; s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. Qui aime sa vie la perd ; et qui hait sa vie en ce monde la conservera en vie éternelle. Évangile selon saint Jean, XII, 24-25 Commentaire Origine du titre d'André Gide : Si le grain ne meurt. Bible Qui veut en effet sauver sa vie la perdra, mais celui qui perd sa vie à cause de moi la trouvera. Évangile selon saint Matthieu, XVI, 25 Abu Bakr Abd Allah vers 573-634 Fuis les honneurs et l'honneur te suivra ; convoite la mort et la vie te sera donnée. Sentence Jorge Luis Borges Buenos Aires 1899-Genève 1986 La vie est trop pauvre pour ne pas être immortelle aussi. La vida es demasiado pobre para no ser también inmortal. Historia de la eternidad Samuel Butler Langar, Nottinghamshire, 1835-Londres 1902 La vie est l'art de tirer des conclusions suffisantes de prémisses insuffisantes. Life is the art of drawing sufficient conclusions from insufficient premises. Notebooks Mikhaïl Aleksandrovitch Cholokhov Vechenskaïa, Ukraine, 1905-Vechenskaïa, Ukraine, 1984 La vie dicte aux hommes ses lois, qui ne sont écrites nulle part. Le Don paisible Confucius, en chinois Kongzi ou Kongfuzi [maître Kong] 551-479 avant J.-C. Celui qui ne sait pas ce que c'est que la vie, comment saura-t-il ce que c'est que la mort ? Entretiens, VI, 11 (traduction S. Couvreur) Dante Alighieri Florence 1265-Ravenne 1321 Qui [sans honneur] a consumé sa vie laisse de soi, sur terre, autant de trace que fumée en les airs, écume en l'onde. Sanza la qual chi sua vita consuma, cotal vestigio in terra di sé lascia, qual fummo in aere ed in acqua la schiuma. la Divine Comédie Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski Moscou 1821-Saint-Pétersbourg 1881 La vie et le mensonge sont synonymes. Bobok Henry Havelock Ellis Croydon, Surrey, 1859-Hintlesham, Suffolk, 1939 La vie peut être considérée comme un art. Life may be regarded as an art. The Dance of Life, VII John Gay Barnstaple, Devon, 1685-Londres 1732 La vie est une plaisanterie, et tout le démontre. Je le pensais naguère, maintenant je le sais. Life is a jest ; and all things show it. I thought so once ; but now I know it. My Own Epitaph Johann Wolfgang von Goethe Francfort-sur-le-Main 1749-Weimar 1832 MÉPHISTO — Mon bon ami, toute théorie est grise, mais vert et florissant est l'arbre de la vie. MEPHISTO — Grau, teurer Freund, ist alle Theorie, Und grün des Lebens goldner Baum. Premier Faust, cabinet d'étude Johann Wolfgang von Goethe Francfort-sur-le-Main 1749-Weimar 1832 Celui-là seul mérite la liberté et la vie Qui doit chaque jour les conquérir. Nur der verdient sich Freiheit wie das Leben, Der täglich sie erobern muß. Second Faust, grande cour d'entrée du palais Johann Wolfgang von Goethe Francfort-sur-le-Main 1749-Weimar 1832 Celui qui joue avec la vie n'arrive jamais à rien. Wer mit dem Leben spielt, Kommt nie zurecht. Xénies Alekseï Maksimovitch Pechkov, dit Maksim Gorki Nijni Novgorod 1868-Moscou 1936 La sagesse de la vie est toujours plus profonde et plus large que la sagesse des hommes. Les Vagabonds, Mon compagnon Nathaniel Hawthorne Salem, Massachusetts, 1804-Plymouth, New Hampshire, 1864 La vie est faite de marbre et de boue. Life is made up of marble and mud. The House of the Seven Gables, 2 Hugo von Hofmannsthal Vienne 1874-Rodaun, près de Vienne, 1929 Seuls les artistes et les enfants voient la vie telle qu'elle est. Nur Künstler und Kinder sehen das Leben wie es ist. Le Livre de Peter Altenberg Franz Kafka Prague 1883-sanatorium de Kierling, près de Vienne, 1924 Principe du chemin dans le désert […]. Ce n'est pas parce que sa vie était trop brève que Moïse n'est pas entré en Canaan, c'est parce que c'était une vie humaine. Das Wesen des Wüstenweges […]. Nicht weil sein Leben zu kurz war, kommt Moses nicht nacht Kanaan, sondern weil es ein menschliches Leben war. Journal, 19 octobre 1921 Heinrich von Kleist Francfort-sur-l'Oder 1777-Wannsee, près de Berlin, 1811 La vie a une grande valeur pour celui qui la méprise. Das Leben ist viel wert, wenn man's verachtet. La Famille Schroffenstein Guanzi mort en 644 Les quatre principes de la vie en société sont : les convenances, la justice, l'intégrité et la modestie. Traduction D. Tsan Pär Lagerkvist Växjö 1891-Stockholm 1974 Quel aspect présenterait la vie si elle n'était pas dénuée de sens ? L'insignifiance absolue est la base sur quoi elle repose. Le Nain José Ortega y Gasset Madrid 1883-Madrid 1955 La vie prend un sens lorsqu'on en fait une aspiration à ne renoncer à rien. La vida cobra sentido cuando se hace de ella una aspiración a no renunciar a nada. El espectador, I William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 La pensée est l'esclave de la vie, et la vie est le fou du temps… … Thought's the slave of live, and life time's fool… Henry IV, V, 4, Hotspur William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 J'ai vécu assez longtemps : et le chemin de ma vie se perd dans les feuilles jaunies et séchées. I have lived long enough : my way of life Is fall'n into the sere, the yellow leaf. Macbeth, V, 3, Macbeth William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Nous sommes faits de la même étoffe que les songes et notre petite vie, un somme la parachève. We are such stuff As dreams are made on, and our little life Is rounded with a sleep. La Tempête, IV, 1, Prospero Robert Louis Balfour Stevenson Édimbourg 1850-Vailima, près d'Apia, îles Samoa, 1894 Être ce que nous sommes et devenir ce que nous sommes capables de devenir, tel est le seul but de la vie. To be what we are, and to become what we are capable of becoming, is the only end of life. Études familières sur les hommes et les livres August Strindberg Stockholm 1849-Stockholm 1912 On ne peut avoir d'autre tâche par rapport à la vie que de la conserver jusqu'à ce qu'on meure. L'Écrivain sainte Thérèse d'Ávila [Teresa de Cepeda y Ahumada] Ávila 1515-Alba de Tormes 1582 Mort qui fait toucher la vie, ne t'attarde pas, je t'attends ! Muerte do el vivir se alcanza, no te tardes, que te espero. Versos nacidos del fuego del amor de Dios que sí tenía Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde Dublin 1854-Paris 1900 La vraie vie est si souvent celle qu'on ne vit pas. One's real life is so often the life that one does not lead. Rose-Leaf and Apple-Leaf, Envoivie (expressions) nom féminin (latin vita) À vie, pour tout le temps qui reste à vivre. À la vie (et) à la mort, pour toujours, jusqu'à la mort. Familier. C'est la vie, les choses sont ainsi, c'est comme ça. Familier. Ce n'est pas une vie, c'est une situation très désagréable, une existence intenable. De la vie (de ma vie, de sa vie), jamais, en aucun cas : Je ne lui pardonnerai de ma vie. Donner la vie, engendrer quelqu'un, le mettre au monde ; animer quelque chose, y mettre du mouvement, de l'activité, de l'entrain : L'industrie donne la vie à toute la région. Double vie, existence cachée qu'on mène en marge de sa vie normale. En vie, vivant. Entre la vie et la mort, dans un danger de mort imminent ; agonisant. Faire la vie, se livrer à des parties de plaisir. Familier. Faire la vie à quelqu'un, faire une scène, être insupportable pour son entourage. Faire sa vie, construire, organiser son existence à son idée de manière indépendante. La belle vie, la bonne vie, la vie de château, la vie de cocagne, une existence insouciante, oisive et agréable. Perdre la vie, mourir. Pour la vie, pour toujours, jusqu'à la mort ; pour un temps très long. Refaire sa vie, la recommencer sur des bases différentes. Rendre la vie à quelqu'un, le rassurer, le faire sortir d'un état physique ou psychique alarmant. Rendre la vie dure, intenable, impossible à quelqu'un, le harceler, le faire souffrir. Sans vie, mort, ou, simplement, évanoui. Vie d'artiste, vie de bohème, vie irrégulière, non conformiste. Vie ralentie, état biologique, dans lequel l'activité vitale est fortement ralentie, sans que la mort s'ensuive, tel que l'anhydrobiose, l'hibernation, la diapause des insectes, la dormance des bourgeons, l'état de spore ou de graine, etc. Vie moyenne, durée moyenne de l'existence d'une particule, d'un système atomique ou nucléaire dans un état déterminé. (Pour des radionucléides, la vie moyenne est l'inverse de la constante de désintégration.) ● vie (homonymes) nom féminin (latin vita) vis forme conjuguée du verbe vivre vis forme conjuguée du verbe voir vit nom masculin vit forme conjuguée du verbe vivre vit forme conjuguée du verbe voir vît forme conjuguée du verbe voirvie (synonymes) nom féminin (latin vita) Puissance considérée comme régissant l'ensemble des événements de l'existence humaine...
Synonymes :
- destinée
Dynamisme, élan, vitalité qui caractérise quelqu'un, une action, une œuvre ;...
Synonymes :
- énergie
- pétulance
- santé
- vitalité

vie
n. f.
d1./d Ensemble des phénomènes assurant l'évolution de tous les organismes animaux et végétaux depuis la naissance jusqu'à la mort. La vie est apparue sur la Terre il y a environ quatre milliards d'années.
d2./d Existence humaine. être en vie. Donner la vie. Perdre la vie. Sauver la vie de qqn.
d3./d Cours de l'existence, événements qui le remplissent; conduite, moeurs. Mener une vie tranquille, mener joyeuse vie.
Vivre sa vie: vivre à sa guise.
|| Par méton. Biographie. Il a écrit une vie de Beethoven.
d4./d Durée de l'existence, temps qui s'écoule de la naissance à la mort. Sa vie a été trop courte.
L'espérance de vie: la durée de vie statistiquement probable.
Par ext. Vie et mort d'une civilisation.
d5./d Coût de la subsistance, de l'entretien. La vie est de plus en plus chère.
d6./d Vitalité, entrain. Un enfant plein de vie.
|| Loc. fig. Donner de la vie: animer. Ces touches de couleur donnent de la vie au tableau.
d7./d Animation, activité. Quartier où règne une intense vie nocturne.
d8./d RELIG L'autre vie, la vie éternelle: ce qui suit la mort; le paradis, l'enfer, le purgatoire.
|| La parole de vie: l'évangile.
d9./d Loc. adv. à vie, pour la vie: pour toujours.
De ma vie, de la vie: jamais (en tournure négative). Il n'a voyagé de sa vie.
Loc. Fam. Jamais de la vie: en aucun cas, en aucune façon.

⇒VIE, subst. fém.
I. A. — 1. Fait de vivre; ensemble des phénomènes et des fonctions essentielles se manifestant de la naissance à la mort et caractérisant les êtres vivants. Synon. existence:
1. Et la vie continue. Et la vie recommence. Et la vie entraîne tout. Je voudrais savoir qui je suis?... Perdu en mer, je me demandais souvent: Et si je mets la mer en bouteille, continue-t-elle à être la mer ou n'est-ce qu'une bouteille d'eau sale et salée? Mettez la vie en cercueil, est-ce la mort?
CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 204.
Loc. à valeur adj. En vie. Vivant, vivante. Être en vie, encore en vie. Dans une halte sibérienne un écrivain fait les cent pas en attendant le train. Pas une masure à l'horizon, pas une âme en vie (SARTRE, Mots, 1964, p. 159).
Locutions
Avoir la vie chevillée au corps; avoir la vie dure. Résister à tout. J'ai servi pendant une année sir Williams et ses combinaisons. Ses combinaisons ont échoué; j'y ai gagné un coup de poignard et un coup d'épée, et si j'en suis revenu c'est que probablement j'ai la vie chevillée au corps (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 555). V. la lettre s A 2 a ex. de Hamp.
Être, demeurer, rester sans vie. Être mort. [La Convention] supplicie ceux qui sont sans vie. Le comte a été traîné sans connaissance à l'échafaud, et avait cessé de vivre avant que la hache l'ait atteint (SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, 1797, p. 1850). P. exagér. Être évanoui, sans connaissance. (Dict. XXe s.).
Devoir la vie à qqn. Être né de quelqu'un; en partic., être sauvé par quelqu'un. Quand il a eu sa grande blessure, c'est son amie qui l'a soigné et sauvé. Il est hors de doute que c'est à elle qu'il doit la vie (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 451).
Donner la vie à qqn. Engendrer, donner naissance à quelqu'un. César: (...) Et toi, qu'est-ce que tu as donné? Marius: La vie. César: Oui, la vie. Les chiens aussi donnent la vie... Les taureaux aussi donnent la vie à leurs petits. Et d'ailleurs cet enfant, tu ne le voulais pas. Ce que tu voulais, c'était ton plaisir (PAGNOL, Fanny, 1932, III, 10, p. 205).
Donner, laisser la vie à qqn; accorder la vie sauve à qqn. Ne pas tuer quelqu'un, ne pas punir de mort. Ils demandaient pardon. Pardon dans l'honneur, bien entendu, tout est perdu fors l'honneur, prenez tout dans l'honneur: voilà mon cul, bottez-le dans l'honneur, je vous lécherai le vôtre si vous me laissez la vie (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 81). En partic. Ne pas appliquer la peine de mort. La garnison, épuisée par un siège de cinq mois, ne tarda pas à se rendre. On accorda la vie sauve aux hommes d'armes, hormis ceux (...) soupçonnés d'être complices de la mort du duc de Bourgogne (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1824, p. 320).
Donner sa vie pour qqn, pour qqc. Être prêt à mourir pour aider, sauver quelqu'un, pour défendre une idée. C'est encore beau de donner sa vie pour un être humain, et de conserver ainsi l'espérance que tous les hommes ne sont pas méchants (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p. 167). Je donne ma vie pour que Fonteneilles revive. J'accepte ma mort (R. BAZIN, Blé, 1907, p. 228).
(Ne pas) donner signe de vie; (ne pas) avoir signe de vie (de qqn). (Ne pas) donner des nouvelles; (ne pas) avoir des nouvelles de quelqu'un. Cher ami, tu dois être marié, tu es peut-être en route? J'aurais voulu te donner quelque signe de vie à cette occasion mais je ne sais plus où j'en suis. Je suis tout dissipé. Manœuvres, départ, tant de villes traversées m'ahurissent (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1895, p. 248). Que j'aie de temps à autre un signe de vie, la preuve que tu existes et que tu as pensé à moi! (MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p. 1371).
Perdre la vie. Mourir. Tous les malheurs nous assaillent à la fois (...) ou le Corfiote est mourant, ou le jeune Spiro, sur qui je comptais, a perdu la vie (ABOUT, Roi mont., 1857, p. 223).
Rappeler qqn à la vie. Employer des moyens qui permettent à quelqu'un de recouvrer ses sens. Des sels violents, de l'eau fraîche, tous les moyens ordinaires prodigués rappelèrent la baronne à la vie, ou, si l'on veut, au sentiment de ses douleurs (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 348).
Rendre la vie à qqn; redonner la vie à qqn. Ranimer quelqu'un, rassurer quelqu'un, sortir quelqu'un d'un état physique ou psychique pouvant entraîner la mort; redonner des raisons d'espérer, de vivre. Le prêtre, en lui rendant ce fauteuil, ambition de vingt ans, lui avait rendu la vie (MARTIN DU G., Thib., Pénitenc., 1922, p. 737).
Revenir à la vie. Retrouver ses sens, reprendre conscience, connaissance. (Dict. XXe s.).
À la vie à la mort. Pour toujours. Nous ne sommes plus que deux, mais nous sommes de bons garçons. Voyons, veux-tu de moi pour ami, à la vie à la mort? Le Dancaïre me tendit la main (MÉRIMÉE, Carmen, 1845, p. 63). Il n'y a qu'une solution (...) leur écrire où nous sommes, poser nos conditions, déclarer que nous voulons rester amis et être libres, parce que c'est entre nous à la vie à la mort! (MARTIN DU G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 633).
À vie. Jusqu'à la mort. Pension à vie; être condamné à une peine à vie; être nommé à vie; propriétaire à vie; acheter à vie. D'ailleurs il est évident que ces trois actes de la politique de Bonaparte, la paix, le concordat, le consulat à vie, sont les trois aspects d'une même pensée, d'une volonté toute personnelle (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 2).
Duel à la vie à la mort. Au dernier vivant. Ceux que des circonstances particulières ont amenés à soutenir sur ce terrain un duel à la vie à la mort, ont des raisons pour n'être pas si commodes (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 485).
Question de vie ou de mort; il y va de la vie de qqn. Question, situation qui risque d'entraîner, de causer la mort de quelqu'un. Voici la liste des cheminots visés, il faut qu'ils filent immédiatement, sans prendre le temps de ramasser leurs affaires, d'embrasser leur femme, ça peut être une question de minutes, et ça peut être une question de vie ou de mort... (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 44).
(Être) (suspendu) entre la vie et la mort. (Être) en danger de mort immédiate, dans un état de santé critique. Il ne fut plus question [dans les articles de revues et de journaux] désormais, et pendant huit jours environ, que de la comtesse Tonska, suspendue (...) entre la vie et la mort. Enfin, l'énergique sollicitude de ses amis l'emporta (GOBINEAU, Pléiades, 1874, p. 180).
N'avoir qu'un filet, un souffle de vie. Être très affaibli, proche de la mort. Je te contais ce matin que je n'avais plus qu'un souffle de vie, je mentais. J'ai une santé de fer (SANDEAU, Mlle de La Seiglière, 1848, p. 298). Moi, je me suis éteinte. Quand je pense, hélas! à mon ardeur d'autrefois (...) c'était le bon temps alors, j'étais bien malheureuse! À présent, je n'ai plus assez de force pour l'être. Je n'ai qu'un filet de vie (ROLLAND, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1459).
Vie qui ne tient qu'à un fil. [En parlant de qqn] Vie extrêmement faible, près de la mort, dans une situation qui présente un danger mortel. Le pauvre François regardait la rivière en s'approchant si près qu'on voyait bien que sa vie ne tenait qu'à un fil, et qu'il n'eût fallu qu'un mot de refus pour le faire noyer (SAND, Fr. le Champi, Paris, Garnier, 1981 [1848], p. 246).
Sur la vie; sur ma vie. [Pour marquer l'importance qui est portée à ce qui est recommandé] Rafaele: Il est libre?... Albe: Oui! Rafaele: Tu me le jures? Albe: Sur ta vie!... (SARDOU, Patrie! 1869, 4, 6e tabl., IV, p. 146).
Mort de ma vie! au nom de ma vie! (vieilli). [Pour marquer l'importance, de ce qui vient d'être énoncé] Mon père, au nom de tous les Saints et de la Vierge, au nom du Christ, qui est mort sur la croix; au nom de votre salut éternel, mon père, au nom de ma vie, ne touchez pas à ceci! Cette toilette n'est ni à vous ni à moi (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 214). Mort de ma vie! C'est la première fois qu'une femme ose porter la main sur moi... (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, 2, XIV, p. 55).
La bourse ou la vie. [P. allus. à l'injonction du voleur qui assaille un passant] Je verrais un mouvement populaire du plus odieux caractère, une vraie jacquerie, l'égoïsme disant à l'égoïsme: La bourse ou la vie, que je m'écrierais: Vive l'humanité! Voilà de belles choses qui se fondent pour l'avenir (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 457).
DROIT
Assurance vie, assurance sur la vie. Contrat d'assurance qui prévoit, moyennant le paiement d'une prime par l'assuré, le paiement d'une somme aux ayants droits après le décès de l'assuré. (Dict. XXe s.).
Certificat de vie. Certificat établi par un notaire, par le service compétent d'une mairie attestant qu'une personne est toujours vivante. Chacun sait que les semestres des pensions ne sont acquittés que par la présentation d'un certificat de vie, et, comme on ignorait la demeure du baron Hulot, les semestres frappés d'opposition au profit de Vauvinet restaient accumulés au Trésor (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 390).
Proverbes
Petit poisson deviendra grand pourvu que Dieu lui prête vie. V. poisson1 A 5 a.
[P. allus. au proverbe rendu célèbre par La Fontaine, Fables, V, 3] Je dois prévenir messieurs les souscripteurs (...) qu'ils recevront gratis, avec la gravure, une explication en vaudevilles, que j'aurai l'honneur de leur chanter au dessert, si Dieu me prête vie jusque là; car on m'a prédit que je mourrais avant la fin d'un dîner (JOUY, Hermite, t. 4, 1813, p. 230).
Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir. Quelles que soient les circonstances, il faut toujours espérer. On s'attend d'un moment à l'autre à ce que M. le marquis ne passe.Ah! il est vivant, s'écria le duc avec un soupir de soulagement. (...). Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir, nous dit le duc d'un air joyeux (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 588).
SYNT. Vie des bêtes; vie humaine; avoir, tenir la vie de qqn entre ses mains; promettre la vie sauve à qqn; mettre sa vie en danger, en péril, en jeu; risquer sa vie; coûter la vie à qqn; quitter la vie; sauver la vie à qqn; craindre pour la vie de qqn; être fatigué de la vie; jouer sa vie; payer de sa vie; être las de la vie; tenir à la vie; droit de vie et de mort; lutte pour la vie; avoir droit de vie et de mort sur qqn; consacrer, passer sa vie à.
Passer de vie à trépas.
2. P. anal.
a) Qui donne l'impression de vivre; qui donne par son animation, sa vivacité, son réalisme l'impression d'être réel, naturel. Personnage, récit, style plein de vie, qui manque de vie; vie d'un dialogue, d'un discours, d'une histoire, d'un récit, d'un roman. J'ai lu tout d'une haleine. Puis je l'ai relu. C'est, selon moi, une chose exquise, (...) ce qui m'a charmé surtout, c'est un sentiment profond de la vie. On sent que cela est vrai (FLAUB., Corresp., 1861, p. 414). Un des meilleurs romanciers anglais actuels, Henry Green, fait observer que le centre de gravité du roman se déplace: le dialogue y occupe une place chaque jour plus grande. « C'est aujourd'hui, écrit-il, le meilleur moyen de fournir de la vie au lecteur... » (SARRAUTE, Ère soupçon, 1956, p. 90).
b) Existence de quelque chose qui se transforme, évolue. Vie d'une société, d'une civilisation; vie des mots. Son rôle [de l'Académie de la beauté verbale] serait, non pas d'entraver la vie de la langue, mais de la nourrir au contraire, de la fortifier et de la préserver contre tout ce qui tend à diminuer sa forme expansive (GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p. 103):
2. ... le lecteur était le fantôme de l'écrivain. Du moins, le lecteur participe à cette joie de création que Bergson donne comme le signe de la création. Ici, la création se produit sur le fil ténu de la phrase, dans la vie éphémère d'une expression. Mais cette expression poétique, tout en n'ayant pas une nécessité vitale, est tout de même une tonification de la vie. Le bien dire est un élément du bien vivre.
BACHELARD, Poét. espace, 1957, p. 10.
B. — BIOL. Ensemble des phénomènes énergétiques (assimilation, croissance, homéostasie, reproduction, etc.), évoluant de la naissance à la mort, que manifestent les organismes unicellulaires ou pluricellulaires. Sciences de la vie; organes de la vie; vie animale, cellulaire, humaine, physiologique, végétative; vie d'une cellule, des tissus; vie latente; nature, origine de la vie. Le développement de la vie végétale à la surface du globe est le fait antérieur, dominant, auquel la nature a subordonné la construction de certains types d'animaux, organisés pour puiser leurs aliments dans le règne végétal (COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p. 96). Les documents anatomiques relatifs à tous les animaux que l'œil de l'homme ait pu connaître ou reconstituer depuis l'apparition de la vie sur la planète, (...) ont été accumulés au Jardin des Plantes (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 124).
Vie organique.
C. — Énergie, vigueur, dynamisme qui caractérise quelqu'un. Déborder de vie; être plein de vie; enfant, personne plein(e) de vie. Entre ces deux prosopopées, une partita, élément de transition, (...) une valse, ouvrent les portes sur un univers grouillant de vie humaine, où valsent des voix, brouillées à dessein, car le rythme des voix, leur présence pure suffit à leur musique (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p. 65).
P. anal. Vie d'un quartier, d'une ville; redonner vie à des coutumes, à des institutions. Ces idoles médiocres trônaient sous un ciel épais, dans les carrefours sans vie (CAMUS, Peste, 1947, p. 1357).
D. — [Dans un cont. relig.] Vie céleste, éternelle, future. Vie au delà de la mort à laquelle a droit tout homme qui obéit à la loi divine pendant sa vie terrestre. Si nous mourions tout de suite? lui dit-elle enfin.Qui sait ce que l'on trouve dans l'autre vie? répondit Julien; peut-être des tourments, peut-être rien du tout. Ne pouvons-nous pas passer deux mois ensemble d'une manière délicieuse? (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 492). Un instant, par routine, sa pensée chercha, pour y trouver refuge, à évoquer l'idée de Dieu; mais cet élan se brisa au départ. La vie éternelle, la grâce, Dieu,langage devenu inintelligible: vocables vides, sans mesure avec la terrifiante réalité! (MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p. 1257). Vie véritable. Vraie vie.
Pain de vie. Eucharistie. Ô maison maudite de la fornication sans amour! Ici le pain de vie est plein de nielle et de vermine et le vin d'amour a l'odeur d'un lendemain de beuverie (MILOSZ, Amour. init., 1910, p. 150).
II. — Période allant de la naissance à la mort d'un être vivant.
A. — 1. a) Existence envisagée dans sa durée totale. Âges, brièveté, commencement, durée, fin, période, terme de la vie; chemin, cours de la vie; achever sa vie; vie courte, éphémère, longue. Le jour où tu dirais ,,je t'aime moins,`` sera le dernier de mon amour ou le dernier de ma vie (NAPOLÉON Ier, Lettres Joséph., 1796, p. 22). La maturation des fruits (...) régulière pendant de nombreuses années — quelquefois attendue en vain durant toute la vie de l'arbre et ne se produisant jamais (FAURE, Espr. formes, 1927, p. 93).
Élixir de (longue) vie. Élixir qui est censé prolonger la vie de quelqu'un. Bientôt je fis prendre à mon malade une forte tasse de mon élixir de vie (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 252). Un tas de fumier, au bout du jardin, fumier que Kammerer fut chargé d'arroser d'une liqueur inconnue, un élixir de vie (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 142).
De la vie, de ma vie. Jamais. Isotta: (...) Quand je songe qu'il a eu les larmes aux yeux devant vous: il me l'a écrit! Moi qui de ma vie ne l'ai vu pleurer à cause de moi (MONTHERL., Malatesta, 1946, III, 5, p. 500).
♦ [Pour marquer la surprise et/ou la réprobation] Madame m'a arraché des mains l'assiette de pruneaux. — Monsieur en a mangé cinq ce matin... Il y en avait trente-deux... Il n'y en a plus que vingt-cinq... Vous en avez donc dérobé deux... Que cela ne vous arrive plus!... C'était vrai... J'en avais mangé deux... Elle les avait comptés!... Non!... de ma vie! (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 93).
Interj. Jamais de la vie! Jette ce cigare!Jamais de la vie! Elle vint à lui, lui prit violemment son cigare, le jeta dans la cheminée (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 156).
♦ [En fonction de déterm., déterminé par un poss.] Qui est le plus important, qui compte le plus. Folcoche surveilla, enquêta, insinua, espéra la preuve ou le semblant de preuve qui lui permettrait de condamner les coupables à la maison de correction, le rêve de sa vie (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 77).
DÉMOGRAPHIE
Durée de vie moyenne; durée moyenne de vie. Temps égal à la moyenne de la durée de vie de tous les individus d'un groupe donné. Nous devons croire que cette durée moyenne de la vie humaine doit croître sans cesse, si des révolutions physiques ne s'y opposent pas (CONDORCET, Esq. tabl. hist., 1794, p. 238).
Espérance de vie. Durée moyenne de vie dans un groupe donné, établie statistiquement sur la base des taux de mortalité. L'une des conséquences de cette diminution de la mortalité est d'accroître l'espérance de vie, c'est-à-dire la moyenne d'âge à laquelle meurent les êtres humains: elle est toujours un peu plus élevée pour les femmes que pour les hommes (LESOURD, GÉRARD, Hist. écon., 1966, p. 490).
b) En partic. Durée partielle de l'existence d'une personne considérée par rapport à sa durée totale, ou par rapport à la durée passée ou à venir de l'existence au moment de l'énonciation. Durer autant que la vie; la vie durant; pour la vie. Deux âges de la vie ne doivent pas avoir de sexe; l'enfant et le vieillard doivent être modestes comme des femmes. La vieillesse aime le peu, et la jeunesse aime le trop. Les quatre amours correspondant aux quatre âges de la vie humaine bien ordonnée, sont l'amour de tout, l'amour des femmes, l'amour de l'ordre, et l'amour de Dieu (JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 216). C'est dans ces parages que j'ai fait, tout au long de ma vie parisienne, les rencontres les plus insolites, les plongées par hasard dans les milieux les plus éloignés de ceux que je hante habituellement (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 233).
2. P. anal. Période de temps pendant laquelle dure l'activité de quelque chose; période d'utilisation de quelque chose. Vie d'un atome, d'un radio-élément, d'un produit, d'un modèle de voiture; vie d'un volcan, d'un glacier, d'une étoile. L'ensemble de la vie de la terre y est subdivisé en cinq ères: précambrien, primaire, secondaire, tertiaire et quaternaire (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 377).
B. — BIOL. [Chez l'être humain] Vie fœtale, intra-utérine, utérine. Période qui s'étend de la neuvième semaine après la conception à la naissance. Nous retrouvons encore ici la production temporaire de fentes branchiales (bien distinctes chez l'embryon humain à la fin du premier mois de la vie fœtale) sur les côtés du cou (CAULLERY, Embryol., 1942, p. 104).
III. A. — 1. Ensemble des faits, des événements, des activités qui remplissent l'existence de chaque individu. Vie aventureuse, exemplaire, extraordinaire; vie heureuse, malheureuse; vie manquée, ratée; gâcher sa vie; partager la vie de qqn; écrire l'histoire de sa vie; voilà toute ma vie. Elle ne causait que des autres, racontait leur vie jusqu'à dire le nombre de chemises qu'ils faisaient blanchir par mois (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 668). Quel misérable spectacle qu'une vie humaine! Toujours et toujours recommencer les mêmes efforts, dans un champ d'action ridiculement étroit! D'illusoires agitations, des joies médiocres, une soif de bonheur qui se renouvelle en vain et ne peut jamais être désaltérée! (MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p. 1263).
Cadre de vie. V. cadre ex. de Belorgey.
Avoir qqn/qqc. dans sa vie. Avoir une liaison amoureuse; avoir quelque chose qui donne un sens à sa vie. Si au moins, j'avais quelque chose dans la vie!... Mais pas d'enfants, pas de gaîté, un tel manque de joies!... C'est bien dur!... (GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 45). Il y a quelqu'un dans ta vie? Olga de temps en temps. (Sur un geste d'Hugo.) Pas en ce moment (SARTRE, Mains sales, 1948, 1er tabl., 1, p. 18).
Être toute la vie de qqn. Si tu savais... Ce qu'elle l'aimait! C'était toute sa vie, cet homme (ACHARD, J. de la Lune, 1929, II, 8, p. 21).
2. P. méton. Biographie. La vie et l'œuvre d'un écrivain; écrire la vie de qqn. Il avait lu et relu une courte Vie de Benjamin Franklin, qui se terminait par ces mots: « Il a tiré tout le parti possible de lui-même » (LARBAUD, F. Marquez, 1911, p. 56).
B. — 1. Manière de vivre, de comprendre l'existence, orientation morale de l'existence. Il y a une sonnette, j'ai des clefs; pourtant je ne me sers jamais de tout cela. J'ai une façon à moi de frapper. Ça simplifie la vie (DUHAMEL, Confess. min., 1920, p. 38). Je ne connaissais rien; il allait me montrer Paris, le luxe, la vie facile (SAGAN, Bonjour tristesse, 1954, p. 32).
Femme de mauvaise vie. Femme de mœurs très libres; en partic., prostituée. Officiers, femmes de mauvaise vie, commerçants en rapport avec l'ennemi, trafiquants, changeurs d'or, on allait les supplier, on s'humiliait devant ces puissances (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 229).
Locutions
Ce n'est pas une vie. C'est insupportable. Tu ne peux donc pas mettre ton chapeau droit? demandait à Juliette Mme Donnot, en sortant de la messe. C'est vrai qu'avec tes cheveux... Ah! on peut dire que ce n'est pas une vie, des cheveux comme les tiens... (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 118).
(C'est) la belle, bonne vie. Existence facile, sans soucis; p. ext., noce. Et s'il est heureux! Pis alors, il dit qu'c'est bath la guerre, et l'a pas tort, parce que maintenant, pour lui, c'est la bonne vie (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 152). Elle craignait pour lui la caserne. M. Colombin rigolait: « Oh! ça, c'est la belle vie, pour sûr. Et qu'est-ce qu'il y a comme gonzesses! (...) » (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 234).
Faire la vie. Faire la noce, mener une vie de plaisir. Un matin que Renée descendait à dix heures, Lecouvreur, exaspéré, lui cria:Renée, faudra vous chercher autre chose! Elle balbutia: « J'étais malade, patron... » Mais Lecouvreur l'interrompit:Non! je vous crois pas. J'en ai marre. Allez faire la vie ailleurs que chez nous! (DABIT, Hôtel, 1929, p. 141).
Faire, mener, rendre la vie dure, impossible, difficile à qqn; faire une vie d'enfer à qqn. Traiter durement, rendre malheureux, harceler continuellement quelqu'un. Comme madame n'était pas contente d'avoir épousé monsieur qu'elle n'aimait pas, elle lui a fait la vie dure, si dure que j'en avais le cœur cassé (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, M. Parent, 1886, p. 592). La connaissance journalière de propos hostiles sur mon compte de tout le monde de la littérature, la réception de lettres injurieuses, tous ces embêtements moraux, entremêlés de cauchemars épouvantant mon sommeil, me font une vie d'enfer (GONCOURT, Journal, 1894, p. 584). À croire que ses enfants la martyrisaient, lui menaient une vie impossible! (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p. 184).
Faire la vie (à qqn) (fam.). Quereller quelqu'un, récriminer sans cesse. Quelle vie il m'a fait ce matin! (RAYMOND 1932).
Refaire sa vie. Se remarier; changer sa manière de vivre. J'ai cru que je pouvais refaire ma vie en m'appuyant sur elle (J. BOUSQUET, Trad. du sil., 1936, p. 87).
(Avoir une) double vie. Je ne sais qui de nous deux était le plus ému, le jour où il me fit confidence du secret de sa double vie (GIDE, Si le grain, 1924, p. 511).
SYNT. Vie agréable, agitée, casanière, dangereuse, déréglée, douce, errante, humble, modeste, mondaine, mouvementée, obscure, rangée, réglée, saine, simple, sédentaire, solitaire, tumultueuse; vie d'artiste, de bohème, de bâton de chaise, de château, de chien, de cocagne, de débauche, de fou, de patachon, de polichinelle; vie d'étude, d'ordre, de sacrifice; vie de garçon; genre, mode, train, style de vie; attestation, certificat de bonne vie et mœurs; commencer une nouvelle vie; changer de vie; mener joyeuse vie, grande vie; mener la vie à grandes guides.
2. P. ext. Manière de vivre d'une collectivité, d'un groupe social à une époque donnée. Vie citadine, rurale, urbaine; vie pastorale; vie bourgeoise, moderne, parisienne, provinciale; vie ouvrière; vie monastique; vie des champs, de province; vie des paysans, des marins, des montagnards. Juliette se leva. Il fallait refaire le feu. L'horreur de la vie paysanne! Elle regarda ses mains incrustées de noir (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 23).
P. anal. [En parlant des animaux] Vie animale; vie des termites, des abeilles. Divers critiques avaient parlé de livres récents: (...) de la Vie des fourmis de Maeterlinck (Arts et litt., 1936, p. 40-10).
C. — 1. [Constr. avec un adj. ou un compl. prép.] Part de l'activité humaine, de l'existence d'une personne ou d'une collectivité envisagée du point de vue de l'activité exercée, des occupations. Vie courante, quotidienne, de tous les jours; vie domestique, familiale, de famille; vie conjugale, en commun, à deux; vie civile, militaire; vie personnelle, privée, professionnelle, publique; vie sociale, en société; vie économique, politique; vie littéraire, théâtrale; vie d'artiste, d'étudiant. Ce soir, elle était de nouveau nouée... C'était le drame de sa vie intime que cette inaptitude au contact, cette condamnation à demeurer incommunicable! (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 880):
3. Il me souvient encore des premières sensations de ma vie scolaire: l'odeur spécifique des cahiers vierges et des moleskines cirées des cartables, le mystère des livres tout neufs, roides et presque impénétrables d'abord dans leur armure de colle et de carton; mais qui deviennent assez vite des albums où la vie s'inscrit sous forme de taches, de figures étranges, de notes, de marques et de repères...
VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 193.
P. ext. Domaine où s'exerce une activité psychique. Vie affective, intellectuelle, intérieure, mentale, psychique, sentimentale, spirituelle; vie de l'âme, de l'esprit. Entre la couleur grise et douce d'une campagne matinale et le goût d'une tasse de chocolat, je faisais tenir toute l'originalité de la vie physique, intellectuelle et morale (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 346).
2. Loc. À vie. Jusqu'au terme de l'activité professionnelle. O. S. à vie. Un Conseil de l'Université qui comprend dix conseillers à vie et vingt conseillers ordinaires nommés pour un an (Encyclop. éduc., 1960, p. 126).
D. — Ensemble des moyens matériels permettant d'assurer la subsistance d'un être. Vie large, précaire; cherté, prix de la vie; niveau de vie. Pourquoi parler du prix de la viande? Je le savais bien que la viande était chère. Était-ce vraiment le moment de me parler du coût de la vie, alors que je venais de perdre ma place? (DUHAMEL, Confess. min., 1920, p. 39).
Gagner sa vie. V. gagner I A 1 a ex. de Dabit.
Au fig. Trouver sa vie. Trouver ce que l'on cherche, ce dont on a besoin. Vous trouverez peut-être votre vie là-dedans (ROB. 1985).
E. — Absol. Condition humaine, cours des choses humaines dans le monde et dans la société. La vie est une farce, une comédie, une tragédie universelle, et le sort qui brasse tous les personnages du drame à leur insu, qui les secoue comme dans un gobelet et les jette pêle-mêle sur le tapis comme des dés au poker d'as (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 124).
Les choses de la vie. Madame de Mortsauf voulait habituer ses enfants aux choses de la vie, et leur donner connaissance des pénibles labeurs par lesquels s'obtient l'argent (BALZAC, Lys, 1836, p. 128).
Loc. C'est la vie! [En parlant d'un fait ou d'un événement auquel on doit se résigner] Les choses sont comme ça, c'est ainsi. Peut-être que si t'étais venu plus tôt... ou alors si tu m'avais laissé filer à Biribi, dans le temps, (...)!... Enfin, c'est la vie, comme tu dis, cette pauvre vieille putain de vie!... (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 254).
SYNT. Banalité, tristesse de la vie; connaissance, expérience de la vie; dégoût, haine, horreur, peur de la vie; plaisirs, misères de la vie; difficultés de la vie; avoir des hauts et des bas dans la vie; aimer la vie; jouir de la vie; connaître la vie; entrer, faire ses débuts dans la vie; tout ignorer de la vie; prendre la vie comme elle vient; regarder la vie en face; se réconcilier avec la vie; voir la vie en rose, telle qu'elle est; chienne de vie.
Prononc. et Orth.:[vi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. « Fait d'être en vie » 1. a) fin Xe s. vida perdoner « accorder la vie sauve » (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 223: Vida perdonent al ladrun; 225: Barrabant perdonent la vide); b) ca 1100 perdre sa vie (Roland, éd. J. Bédier, 1408); c) 1176-81 (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier Charrete, éd. M. Roques, 6292: se Lancelot n'est an vie); d) fin XIVe s. aler de vie à trespas (FROISSART, Chron., éd. A. Mirot, t. 14, p. 150); e) 1548 par ma vie (N. DU FAIL, Baliverneries, éd. G. Milin, p. 62); f) 1580 à peine de la vie (R. GARNIER, Antigone, Argument, éd. W. Foerster, t. 3 p. 4); 2. vie + déterm., avec notion de « principe vital » ou « vitalité » a) ca 1050 (Alexis, éd. Chr. Storey, 69: la vithe est fraisle); b) 1370 (ORESME, Ethiques, éd. A. D. Menut, p. 142: une de celles puissances ou vertus [de l'ame irraisonable] est semblable a la vie des plantes et est commune a toutes choses qui ont vie en euls; p. 154: car delectacion est commune a toutes choses qui ont ame ou vie sensible; p. 273: le cuer est le siege et la fontaine de la vie); c) 1375 (ID., Ciel et Monde, éd. A. D. Menut et J. Denomy, p. 314: Il samble que l'opinion d'Averroïz, et d'Aristote selon Averroïz, estoit que, ausi comme les plantes ont vie et ame vegetative et les bestes vegetative et sensitive et les honmes vegetative et sensitive et intellective); d) 1442 (A. DE LA SALE, Salade, éd. F. Desonay, p. 31: les Persans adoroient le soleil; car ilz tenoient que du soleil venoit vie et tous biens); e) 1480 (G. COQUILLART, Droitz nouveaulx ds Œuvres, éd. M. J. Freeman, p. 152: Que sa femme est seiche et tarie, Et n'a pas de vie plein poing); f) 1610 (H. D'URFÉ, L'Astrée, éd. H. Vaganay, t. 2, p. 378: la maladie est signe de vie); g) 1619 être plein de vie (ID., ibid., t. 3, p. 245); h) 1645 (TRISTAN L'HERMITE, Folie du Sage, éd. J. Madeleine, p. 70: l'origine d'où sort le soufle de la vie et celuy de la mort); i) 1681 (J.-F. REGNARD, Voyage de Laponie, éd. M. Garnier, t. 1, p. 99: il se trouve un principe de vie caché dans l'un et l'autre sexe); j) 1684 (F. BERNIER, Philos. de Gassendi, t. 5, p. 663: jamais l'on n'explique bien la notion de la Vie, qui d'ailleurs est claire et evidente); k) 1751 (Encyclop. t. 1, p. 474b, s.v. animal: Les animaux prennent de l'accroissement, ont de la vie et sont doués de sentiment: par cette définition M. Linnœus les distingue des végétaux qui croissent et vivent sans avoir de sentiment, et des minéraux qui croissent sans vie ni sentiment); 3. vie empl. à propos d'inanimés a) 1370 (ORESME, Ethiques, p. 439: un instrument est un serf senz vie et senz ame); b) 1375 (ID., Ciel et Monde, p. 314: choses qui n'ont vie fors par similitude ou en relacion); c) av. 1615 (E. PASQUIER, Recherches de la France, p. 814: l'Imprimerie qui baille vie aux bonnes lettres); d) 1630 (A. D'AUBIGNÉ, Printemps, Hécatombe à Diane, XXII ds Œuvres, éd. Réaume et de Caussade, t. 3, p. 26: le peinctre qui voudroit animer un tableau [...] Qu'il voye prendre vie à ce qu'il aura peint); e) 1646 (J. DU LORENS, Satires, éd. D. Jonaust, p. 182: ces travaux qui [...] à coups de ciseau donnent la vie au marbre); 4. 1561 terme d'affection (J. GRÉVIN, Esbahis ds Comédies, éd. E. Lapeyre, p. 97: Et bien, Marion, ma succrée, Mon bien, ma vie et mieux aimée, Mon tout). B. « En référence aux croyances religieuses en une autre vie après la mort, à la vie de l'âme » 1. a) ca 1050 (Alexis, 63: la mortel vithe li prist mult a blasmer, De la celeste li mostret veritét); b) ca 1145 pardurable vie « vie éternelle » (WACE, Conception N.-D., éd. W. R. Ashford, 1501), trad. de vitam aeternam dans les Bibles du XIIIe s.(v. TRÉNEL, p. 427), cf. vitam eterne (1174-78, ETIENNE DE FOUGÈRES, Livre des Manières, éd. R. Anthony Lodge, 188); c) 1416-18 vie eternele (CHRISTINE DE PISAN, Prison de vie humaine, éd. A. J. Kennedy, 1175); 2. a) ca 1220 pain de vie (GAUTIER DE COINCI, Mir., éd. V. F. Koenig, II Mir 17, 239); b) 1353 fruit de vie « Jésus Christ » (Mir. enfant ressuscité, éd. G. A. Runnalls, 101); c) 1385-1403 vie de l'ame (EUSTACHE DESCHAMPS, Miroir de Mariage, 9980, éd. G. Raynaud, t. 9, p. 321). C. « Existence humaine, considérée du point de vue de l'ensemble des activités, événements qui la remplissent » 1. a) ) ca 1050 vie + adj. qualifiant la manière de mener sa vie (Alexis, 619: dreite vide); ) ca 1150 (WACE, St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 208: Sa vie en grant dolur usont); ) ca 1170 (CHRÉTIEN DE TROYES, Erec, éd. M. Roques, 3387: Trop ai menee ceste vie); ) ca 1170 (MARIE DE FRANCE, Lais, Milun, éd. J. Lods, 279: Vint anz menerent cele vie Milun entre lui e s'amie); ) fin XIIe s. (Sermons St Grégoire sur Ezechiel, éd. K. Hofmann, 23, 25: dous vies sunt ke li saint proicheor unt, c'est li active et li contemplatiue); ) ca 1130 (GUILLAUME DE DIGULLEVILLE, Pelerinage de vie humaine [titre], éd J. Stürzinger); ) ca 1370 (ORESME, Ethiques, p. 110: vie civile; p. 471: vie politique); b) ca 1432-65 à propos d'une collectivité (J. RÉGNIER, Fortunes et Adversitez, éd. E. Droz, p. 178, 6: ce monde, son estat, sa vie); c) 1601 (CHARRON, De la Sagesse, éd. B. de Negroni, p. 44: le mediter et entretenir ses pensées est [...] la posture, l'entretien et la vie de l'esprit); d) 1601 (ID., ibid., p. 372: le choix du genre de vie propre et commode au naturel d'un chascun); 2. 1130-40 spéc. « récit de la vie d'une personne » (WACE, Sainte Marguerite, éd. E. A. Francis, p. 1: A l'onor Deu et a s'aïe Dirai d'une virge la vie); 3. en réf. à une période, une durée a) ca 1100 (Roland, 212: a tute vostre vie; 595: en tute vostre vie); b) ) 1288 a vie « pour la durée de la vie de quelqu'un » (PHILIPPE DE BEAUMANOIR, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, t. 1, p. 348); ) 1417-20 rente à vie (CLÉMENT DE FAUQUEMBERGE, Journal, éd. A. Tuetey, t. 1, p. 24); 4. a) 1561 (J. GRÉVIN, Brief discours pour l'intelligence de ce théatre ds Théâtre, éd. L. Pinvert, p. 9: Car comme disoit Andronique, la Comédie est le mirouer de la vie journalière); b) 1648 (VOITURE, Lettres, A. Courbé, 1654, p. 685: Voiez, s'il vous plaist, quelle vie doit estre la mienne et ce que j'en dois attendre). D. « Existence considérée du point de vue des moyens de subsistance » 1. a) 1395 avoir sa vie « avoir le vivre et le couvert » (Griseldis, éd. M. Roques, 1588: des or en nostre maison Arez, s'il vous plaist, vostre vie); b) 1507-08 (D'AMERVAL, Le Livre de la Deablerie, éd. Ch. Fr. Ward, p. 846: l'autre avoit sa vie des buees qu'elle lavoit); c) 1498-1515 chercher sa vie, gagner sa vie (GRINGORE, Vie Ms. S. Loys ds Œuvres, éd. Ch. d'Hericault et A. de Montaiglon, t. 2, p. 114, p. 113: Hélas, mon povre ours, tu es mort; [...] Ne sçay de quoy je gaigneray Ma vie doresnavant); 2. a) 1640 (OUDIN Curiositez: homme de grande ou petite Vie, qui mange beaucoup ou peu); b) 1676 (SÉVIGNÉ, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 300: c'est la mode du pays, où d'ailleurs la vie ne coûte rien); c) 1784 (GENLIS, Veill. du chât., t. 1, p. 111 ds LITTRÉ: La vie est à bon marché à Saint Germain). Du lat. vita (dér. de vivere « vivre, être en vie »), « vie (p. oppos. à mors « mort », ce qui anime, principe de vie », « moyen ou façon de vivre », et, à l'imitation du gr. « vie humaine, humanité » (en poésie et prose de l'époque impériale) v. ERN.-MEILLET, empl. également à l'égard d'une pers. comme terme hypocoristique). Fréq. abs. littér.:81 821. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 120 657, b) 92 325; XXe s.: a) 118 806, b) 124 098. Bbg. QUEM. DDL t. 5, 8, 19, 34, 40. — TEYSSEIRE (D.). De la Vie ds les Rapports du physique et du moral de l'homme de Cabanis. Saint-Cloud, 1982, passim.

1. vie [vi] n. f.
ÉTYM. 1080, Chanson de Roland; vithe, 1050, Alexis; vida, v. 980; du lat. vita.
———
I
1 Fait de vivre, propriété essentielle des êtres organisés (cit. 6), qui évoluent de la naissance à la mort en remplissant des fonctions qui leur sont communes. Existence. || La vie des végétaux, des bêtes. || La vie humaine. Âme (cit. 2), esprit, souffle (→ Activité, cit. 1; animer, cit. 37; limon, cit. 3). || Être doué de vie. Animé. || « La vie est chère à l'homme, entre les dons du ciel » (→ Banquet, cit. 6).L'arbre de vie.Alchim. || Principe de vie. Archée (2.).
Loc. adj. (XIIe). En vie (opposé à mort). || Être en vie. Vivant. || Être encore en vie. Survivre (→ Assassin, cit. 10).
(XVIIe). Être sans vie, mort. Inanimé (cit. 3; et → 1. Partir, cit. 25). || Sans sentiment (cit. 1) et presque sans vie.Par exagér. || Sans vie : évanoui (cit. 24).Revenir à la vie. Ressusciter, revivre (→ par exagér. Évanouissement, cit. 4). — ☑ (1273, donner vie). Donner la vie à qqn, l'engendrer (en parlant de la mère). Naissance (→ Attiser, cit. 7).(1553). Vx. || Donner la vie à qqn, ne pas le tuer, lui accorder la vie sauve. || Rendre, redonner la vie à qqn. || Ranimer, réconforter. || « Il voit ce corps gisant (cit. 1), le croit privé de vie ». — ☑ Loc. Signe de vie.Être entre la vie et la mort.Sa vie ne tient plus qu'à un fil.Avoir la vie dure, la vie chevillée au corps.Passer de vie à trépas.Perdre la vie. Mourir.Ôter la vie à qqn. Tuer.Par métaphore. || Couper le fil (cit. 12), la trame de la vie.Attenter à sa vie. Suicide. — ☑ Prov. « Petit poisson deviendra (cit. 1) grand Pourvu que Dieu lui prête vie ».« Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir » : on peut encore espérer sauver même un moribond; malgré les difficultés, on peut toujours espérer. || Recevoir la vie. || « L'un tient de moi la vie, à l'autre je la dois » (cit. 7). || Je coûtai (cit. 17) la vie à ma mère. — ☑ (1669). Devoir la vie à qqn, avoir été sauvé par lui. || Défendre, sauver la vie de… || Laisser la vie sauve à… || Sauver sa vie. Peau. || Donner (cit. 18 à 21), sacrifier (cit. 5, 7 et 14), exposer (cit. 21), risquer (cit. 2, 3 et 4) sa vie pour… Sang.Au péril de ma vie. || Mépris (cit. 6) de la vie. || Tenir à la vie.Lutte pour la vie. || Quitter la vie, renoncer à la vie (→ Habituer, cit. 8).Il y va de la vie : c'est une question vitale, la vie est en jeu.La bourse ou la vie. || La vie vaut-elle plus que l'honneur ? (cit. 12).Question (cit. 13) de vie ou de mort. Capital, vital.Droit de vie et de mort (→ Esclave, cit. 5). — ☑ Sur ma vie : je le jure sur ma vie. Tête (→ Dès, cit. 4). || Je l'aime plus que ma vie.(T. d'affection). || Elle m'appelait son âme, sa vie (→ Greluchon, cit. 2).Dr. || Certificat de vie. || Assurance sur la vie.
1 Les cierges, tour à tour éteints, laissaient échapper de leur lumière étouffée une légère fumée blanche, image assez naturelle de la vie que l'Écriture compare à une petite vapeur.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. V, p. 123.
1.1 Il voulut le garder dans son lit celui-là, jusqu'au lendemain, saisi par une tendresse de mère pour cet être si petiot qu'il avait donné à la vie; mais la vieille l'emporta comme les autres sans écouter les supplications de son homme.
Maupassant, Toine, Pl., t. II, p. 435.
1.2 — Soit, dit froidement Phileas Fogg. J'irai seul !
— Vous, monsieur ! s'écria Fix, qui s'était approché, aller seul à la poursuite des Indiens ?
— Voulez-vous donc que je laisse périr ce malheureux, à qui tout ce qui est vivant ici doit la vie ? J'irai.
J. Verne, le Tour du monde en 80 jours, p. 270.
Spécialt. Fait de vivre intensément. Énergie, force, santé, vigueur, vitalité (→ Langage, cit. 29; surabondant, cit. 1). || Être plein, débordant de vie. Exubérant (cit. 5), vif (→ Grève, cit. 8). || Plénitude, trop-plein, surabondance de vie (→ Avant-goût, cit. 2; aveugle, cit. 25).Figure pleine de vie. Expression (→ Impérial, cit. 4).
2 Tout regorge de sève et de vie et de bruit,
De rameaux verts, d'azur frissonnant, d'eau qui luit.
Hugo, les Contemplations, I, IV.
2.1 Il semblait que ce ne fût pas de la maladie, que ce ne fût pas de la mort qu'il mourait, mais de l'excès de vie, de la fièvre de vie qui était en lui et qui rongeait ses organes, desséchait sa chair (…)
O. Mirbeau, le Journal d'une femme de chambre, p. 141.
3 (…) cette petite fille, si pleine de vie, si turbulente, lui semblait presque une offense à ses espoirs brisés.
R. Radiguet, le Bal du comte d'Orgel, p. 20.
(1701, Furetière). Fig. Animation que l'artiste donne à sa matière, grâce à sa personnalité, à l'expression. Chaleur (→ Insuffler, cit. 1; lyrisme, cit. 2). || Intensité de vie (→ Réalisme, cit. 3). || Tableau où il y a de la vie (→ Fond, cit. 38; et aussi forme, cit. 34; peindre, cit. 12). || Modeler (cit. 5) une statue et lui donner la vie. Animer, créer, vivifier. || La vie d'un personnage, d'une créature imaginaire (cit. 4). || Personnage plein de vie, qui manque de vie (→ Cerner, cit. 3; passant, cit. 3). || Les héroïnes raciniennes prennent corps (cit. 35), prennent vie. || Vie d'un dialogue (cit. 5), d'un récit, d'un discours. Mouvement, naturel, vivacité (→ Grandiloquent, cit. 1; 1. peuple, cit. 31). || Une œuvre pleine de vie. || Syntaxe (cit. 6), langue banale et sans vie.
4 Tous, amis, ennemis, dirent « que c'était vivant ». Mais quels sont les vrais signes bien certains de la vie ? Par certaine dextérité, on obtient de l'animation, une sorte de chaleur (…) La vraie vie a un signe tout différent, sa continuité.
Michelet, Hist. de France, Préface de 1869.
5 La vie est le don propre de l'artiste. Il peut y avoir des poètes tant qu'on voudra, de belles idées, de nobles formes : la vie seule est la marque de l'art. Où il y a un homme vivant, il y a une œuvre d'art.
André Suarès, Trois hommes, « Ibsen », III.
2 Biol. Ensemble des phénomènes (croissance, métabolisme, reproduction) que présentent tous les organismes, animaux ou végétaux, unicellulaires ou pluricellulaires, de la naissance à la mort. Naissance (cit. 5), 1. mort (cit. 22), bio- (→ Analogie, cit. 4; 1. dégradation, cit. 6; globe, cit. 10; pathologique, cit.). || Les sciences de la vie. Biologie, physiologie. || « La vie est l'ensemble des fonctions (cit. 9) qui résistent à la mort » (Bichat). || Organes de la vie (→ Fonction, cit. 10). || Vie de la cellule, des tissus. aussi Reviviscence. || Vie organique (→ Dissymétrique, cit.; et aussi espèce, cit. 27). || Vie animale, végétale (→ Fragile, cit. 14; et aussi géographie, cit. 2; mouvement, cit. 13). || Transmission de la vie. Fécondation (cit. 1), reproduction (→ Féconder, cit. 1). || La fermentation (cit. 1) est un phénomène de vie. || Vie végétative. || Vie des parasites. Parasitisme; et aussi symbiose. || Vie intra-utérine précédant la naissance (cit. 4) de l'enfant.
6 Et la vie ? (…) La vie, une suite d'actions et de réactions. Vivant, j'agis et je réagis en masse… mort, j'agis et je réagis en molécules… Je ne meurs donc point ?… Non, sans doute, je ne meurs point en ce sens, ni moi, ni quoi que ce soit… Naître, vivre et passer, c'est changer de formes (…)
Diderot, le Rêve de d'Alembert.
7 Nous ne savons ni sous quelle forme ni à la faveur de quelles circonstances la matière vivante est apparue à la surface du globe. La vie, phénomène hautement improbable, a une origine qui demeure inconnue (…)
Les êtres vivants actuels, à l'exception des virus vrais dont la nature en tant qu'organismes autonomes est des plus discutables, témoignent tous, y compris les Bactéries, d'une grande complexité structurale. Leur organisation s'oppose à l'idée simpliste d'une vie se manifestant au sein d'une matière homogène. Nous avons l'assurance que l'architecture rigoureuse et constante des parties constitutives de l'être vivant à toutes les échelles de grandeur (…) est une caractéristique fondamentale de la vie et détermine plusieurs des propriétés de celle-ci.
Pierre-P. Grassé, les Protozoaires, in Encycl. Pl., Zoologie, t. I, p. 320-321.
7.1 (…) la création de la vie nous apparaît un peu moins chimérique depuis que Stanley nous a révélé les énormes molécules à propriétés de virus qui établissent, à certains égards, une transition entre le monde de la vie et le monde de l'inerte.
Jean Rostand, Esquisse d'une histoire de la biologie, p. 240.
Problèmes de la nature, de l'origine de la vie, de l'apparition de la vie. Création, génération (→ Germe, cit. 4 et 6). || La physico-chimie (cit.) peut-elle rendre compte de la vie ? (→ Physiologique, cit.). Mécanisme (II.). || Finalité perceptible dans les phénomènes de la vie. Finalisme (cit.); et aussi vital (élan).
8 (…) Il est vraisemblable que la vie anime toutes les planètes suspendues à toutes les étoiles. Elle y prend sans doute, en raison de la diversité des conditions qui lui sont faites, les formes les plus variées et les plus éloignées de ce que nous imaginons; mais elle a partout la même essence, qui est d'accumuler graduellement de l'énergie potentielle pour la dépenser brusquement en actions libres.
H. Bergson, les Deux Sources de la morale et de la religion, p. 271.
9 La Vie nous apparaît sous des aspects opposés : tantôt, elle semble se réduire à un ensemble de processus physico-chimiques, tantôt elle paraît s'affirmer comme caractérisée par un dynamisme évolutif qui transcende la physico-chimie.
L. de Broglie, Physique et Microphysique, p. 160.
9.1 (…) la vie a une direction, elle a un but. Elle n'a pu apparaître à un moment donné à la surface de la matière éternelle. Cette première cellule vivante qui portait en germe tout amour et toute pensée, et toute musique, et ce corps humain, si beau quand il est beau, et tout ce qu'il a inspiré, suffirait à me mettre à genoux.
F. Mauriac, le Nouveau Bloc-notes 1958-1960, p. 44.
3 (1080). Espace de temps qui s'écoule entre l'apparition et la mort d'un être individuel.
a (En général). || La vie d'une plante, d'un animal inférieur, d'un virus. || La vie très brève des éphémères.
b (Animaux supérieurs et êtres humains). Durée qui s'écoule entre la naissance et la mort. || La vie de l'éléphant, de la tortue est longue. || La vie humaine Carrière (poét.). || Les divers âges (cit. 20) de la vie de l'homme. || Chaque instant (2. Instant, cit. 1) de la vie est un pas vers la mort.La vie est un songe. || Au commencement, à la fin de la vie. || Achever (cit. 16) sa vie. || Le cours, le chemin de sa vie. || Vie éphémère. || « La vie est courte, mais l'ennui l'allonge » (J. Renard). || Une longue vie (→ Désabuser, cit. 3). Longévité. || Trente-trois années, la vie du Christ (→ Génération, cit. 19). || Quinze ans de ma vie (→ Abandonner, cit. 4). || Le sommeil (cit. 2) occupe le tiers de notre vie. || Durée moyenne (1. Moyen, cit. 9) de la vie des hommes (cit. 15).Démographie. || Durée de vie moyenne (ou durée moyenne de vie) : durée moyenne calculée statistiquement pour un groupe d'individus.
10 Car la vie est passée avant qu'on ait pu vivre.
Hugo, la Légende des siècles, LV, VI.
10.1 Ces erreurs qui scindent une vie et, en en isolant le présent, font de l'homme dont on parle un autre homme, un homme différent, une création de la veille, un homme qui n'est que la condensation de ses habitudes actuelles (alors que lui porte en lui-même la continuité de sa vie qui le relie au passé), ces erreurs dépendent bien aussi du Temps, mais elles sont non un phénomène social, mais un phénomène de mémoire.
Proust, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 965.
Littér. || De la vie, de ma vie (en phrase négative) : jamais (→ Protester, cit. 1; sauvage, cit. 7). — ☑ Cour. Jamais de la vie (de la vie renforçant jamais). || « Vous acceptez ? — Jamais de la vie ! ». → Pour rien au monde (1. Monde, II., 6.).
De longue vie : qui assure une longue vie. || Un élixir de longue vie.
c (Au sens de « vie humaine » opposé à « vie éternelle »). Cette vie, la vie terrestre, présente, mortelle.
d Durée de temps qui reste à vivre à une personne. || « Chagrin d'amour (cit. 27) dure toute la vie » (Florian). || Puisse ce sentiment durer autant (cit. 20) que ma vie.La (ma, sa) vie durant : pour le reste de la (ma, sa) vie. || Assurer (cit. 14) une pension à qqn sa vie durant. Viager.Pour la vie (→ Annuel, cit.; amovibilité, cit.; aréopage, cit. 3).Amis pour la vie, pour toujours. — ☑ (1806, in D. D. L.; avec à). À la vie à la mort (cit. 38 et 39).(V. 1283). || À vie : pour tout le temps qui reste à vivre. || Pairs (1. Pair, cit. 8) nommés à vie. || Sénat à vie (→ Oligarchique, cit.). || Bannissement (cit. 1) à temps ou à vie (→ aussi 2. Infanticide, cit. 1). || Forçat (cit. 2) à vie.
e De… vie (vie étant précédé d'un possessif) : qui a la plus grande importance possible pour (une personne).C'est la femme de sa vie, celle qui compte, doit compter le plus dans sa vie.Faire la rencontre de sa vie. || Pour cet athlète, c'est la course, la compétition de sa vie.
4 (V. 1050, celeste vithe). Survie (des êtres humains), dans les croyances religieuses. || La vie céleste (opposée à la vie terrestre), l'autre vie. || Dans cette vie et dans l'autre. || La vie future (cit. 5), éternelle (cit. 16), immortelle (cit. 8). → Âme, cit. 5; besoin, cit. 69; exil, cit. 14; pari, cit. 7. — (1553). Absolt. || La vie : la vie éternelle, l'esprit (I.), la spiritualité. || En lui était la Vie (→ Logos, cit. 1). || « Je suis la Résurrection et la Vie » (Évangile selon saint Jean, XI, 25). || La parole de vie, de Dieu (→ Ardeur, cit. 7). || Le pain de vie. Eucharistie (cit. 3).
REM. Dans l'emploi absolu, en cas d'ambiguïté, on écrit parfois Vie avec un V majuscule pour désigner la vie éternelle.
10.2 (…) il ne nous reste plus rien à connaître — hors le passage ténébreux de la vie à la Vie où nous sommes déjà engagés si avant.
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 183.
5 (1080). Ensemble des activités et des événements qui remplissent pour chaque être cet espace de temps. Destin, destinée. || « Il lira seulement l'histoire (cit. 43) de ma vie ». || Les actions (cit. 13) les plus décisives de ma vie. || Le plus beau jour (cit. 55 et 57) de ma vie.Il m'a raconté toute sa vie (→ Banquier, cit. 4). || Les souvenirs de ma vie (→ Abondant, cit. 2). || « Un registre des essais (cit. 21) de ma vie ». || « Qu'une vie est heureuse quand elle commence par l'amour et finit par l'ambition » (cit. 6). || Vie extraordinaire. Odyssée. || La conscience de sa vie manquée (cit. 79). || « Par délicatesse j'ai perdu (cit. 33) ma vie ». || Aimer, prier (cit. 2), chanter, voilà toute ma vie. || Une vie, roman de Maupassant.
11 Comme je songeais à cette existence si heureuse dans son progrès, à cette carrière parcourue si sûrement, d'une démarche tranquille et comme divertie par toutes choses sur la route, je me pris à comparer involontairement une vie si bien réussie à quelques-unes de ces vies fortunées qui se trouvaient possibles il y a fort longtemps, quand presque tous les hommes de pensée et même les hommes d'esprit étaient hommes d'Église, et que l'on voyait de prodigieuses élévations à partir des origines les plus simples par la seule vertu d'une prudente et savante intelligence.
Valéry, Variété IV, p. 24.
(V. 1138). Par métonymie. Biographie (→ Orphelin, cit. 4; prétendre, cit. 33). || La Vie de Jésus, de Renan. || Écrire une vie de Beethoven.
(Le plus souvent qualifié par un adj. ou un compl. de n.). Manière de vivre, aspect particulier que prennent ces activités et ces événements selon l'individu. Mœurs. || Genre de vie (→ Industrie, cit. 10; initier, cit. 8).Mode (cit. 3), train, style de vie. || Changer de vie. || Commencer une vie nouvelle.Mener une double vie. || Vie simple, rangée (cit. 18), casanière, réglée, obscure, au ralenti (cit. 8) || Ils continuaient leur petite vie (→ Emprisonnement, cit. 2). || Vie terre à terre (cit. 3). || « La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles » (cit. 3). || Vie agitée (cit. 26), mouvementée, tumultueuse, errante (2. Errant, cit. 4), cosmopolite, de bohème (cit. 2). || Vie solitaire, mondaine. — ☑ Loc. Il nous fait (cit. 136), nous mène la vie dure. || Il nous fait une vie terrible. — ☑ Fam. Il nous fait la vie : il nous querelle, se plaint sans cesse. — ☑ Une vie de chien.Ce n'est pas une vie ! : c'est insupportable.C'est la belle, la bonne vie (→ Gonzesse, cit. 1).Mener joyeuse (cit. 2) vie. Amuser (s'), fête (faire la). || « Je laisse à penser (1. Penser, cit. 34) la vie Que firent ces deux amis ». || Couler, mener une vie heureuse.Mener la vie à grandes guides.Vivre sa vie, la vie pour laquelle on s'estime fait, en la menant à sa guise.Refaire sa vie : se remarier. || Vie austère (cit. 5), de séminariste, de moine, d'ascète… (→ Calmer, cit. 12).Vie de château, de cocagne, de chanoine.La vie d'artiste. || Avoir la vie douce.Vie de débauche, de patachon, de bâton de chaise… || Vie exemplaire (1. Exemplaire, cit. 2), d'ordre (→ Arrière-neveu, cit. 4), de repentir (→ Expier, cit. 5), de sacrifice. || Certificat, attestation de bonne vie et mœurs.Femme de mauvaise vie (→ Sermon, cit. 4), de mœurs libres, et, spécialt, prostituée. — ☑ Fam. Faire la vie : mener une vie de plaisirs (→ ci-dessous, cit. 13).
12 Il apercevait une vie de cocagne et une suite merveilleuse de plats couverts ! de surprises gastronomiques, de vins exquis !
Balzac, le Cousin Pons, Pl., t. VI, p. 591.
13 (…) Suzanne (…) s'était envolée à Chartres, pour faire la vie… Faire la vie, c'étaient des orgies de sirop de groseille et d'eau de Seltz, au milieu d'une débandade d'hommes, des douzaines vous passant à la file sur le corps, dans des arrière-boutiques de marchands de vin.
Zola, la Terre, II, IV.
14 Mais si vous croyez que c'est une vie pour moi… Épicier (…)
P. Nizan, le Cheval de Troie, III.
Manière de vivre commune à une collectivité, une société (humaine ou animale). || La vie des marins, des mineurs… || La vie animale. || La Vie des abeilles, la Vie des termites, ouvrages de Maeterlinck. || La Vie des insectes, de Fabre. || La vie des Romains sous l'Empire. || La vie moderne (→ Excitant, cit. 9; fabrication, cit. 2; haut, cit. 23). || La vie citadine.
6 (Suivi d'un épithète, d'un compl.). Part de l'activité humaine, type d'activité qui s'exerce dans certaines conditions, certains domaines. Activité, état, occupation (→ Scène, cit. 7, Balzac). || Vie privée, personnelle, publique. || Vie civile (cit. 10), militaire (cit. 3). || Vie conjugale, en commun, vie à deux (→ Perpétuité, cit. 2; perquisition, cit. 7). || Vie domestique (cit. 2; et → Sable, cit. 1), familiale (→ Fête, cit. 16), de famille (→ Place, cit. 36).Vie de garçon (cit. 17). || Vie sauvage. || Vie sociale, en société (→ Conflit, cit. 5). || Vie professionnelle. || Vie matérielle (cit. 8), pratique (2. Pratique, cit. 3), quotidienne. || La vie de tous les jours, la vie courante… (→ 1. Exemplaire, cit. 3; honnêtement, cit. 2). || La vie politique (1. Politique, cit. 3), municipale (→ Incapable, cit. 12), économique (→ Fête, cit. 1; fourmillant, cit. 2), industrielle (→ Lourd, cit. 14), commerciale (→ 2. Réclame, cit. 4). || Vie active, contemplative (→ Asile, cit. 23; oublier, cit. 15). || Vie monastique, cénobitique, religieuse, dévote, chrétienne (cit. 3). || Vie cléricale, séculière, régulière (→ Monastère, cit. 1). || Vie sédentaire, nomade (cit. 1). || Vie scolaire, d'étudiant, artisanale (cit.), ouvrière. || La vie des champs (→ Lambris, cit. 5), à la campagne, pastorale, bucolique… || La vie parisienne, de Paris, élégante… || La vie littéraire (→ Mutuel, cit. 4), théâtrale, sportive…
15 Notre cuisine est un admirable corollaire à un pays étonnamment varié et fertile, à une vie locale spirituelle et affinée, à une vie nationale audacieuse et facile.
Giraudoux, De pleins pouvoirs à sans pouvoirs, IV, p. 99.
Par ext. Monde, univers où s'exerce une activité psychique. || La vie intérieure, morale, spirituelle. || La vie affective (→ Atrophier, cit. 7; poète, cit. 6; tendresse, cit. 6), sentimentale. || Vie mentale (→ Secondarité, cit.), psychique. || Vie cérébrale (cit. 1), intellectuelle, de l'esprit (→ Exercice, cit. 19), de l'intelligence…
16 (…) cet Écrit ne s'adresse qu'à ceux qui aiment à se réfugier du dehors au dedans, qui cherchent dans la vie intérieure des consolations, des moyens de force, des motifs d'espérer, des raisons de croire, et la clef de bien des énigmes (…)
Maine de Biran, Du physique et du moral de l'homme, p. 167.
7 (1538, Estienne). Moyens matériels (nourriture, argent…) d'assurer la subsistance (d'un être vivant). || Les sables où les poissons (cit. 7) cherchent leur vie.Gagner sa vie. (fam.) Bifteck, bœuf, croûte, matérielle. || Prix, coût (cit. 3) de la vie. || La vie est chère (→ Revenu, cit. 4). || Lutte contre la vie chère. || Cherté (cit. 4), surenchérissement (cit.) de la vie. || Un bien qui suffisait à ma vie (→ Dissiper, cit. 11). || Vie précaire. Vivoter (→ Entraide, cit. 1). || Vie large (cit. 15).Mener grande vie. Dépenser.Niveau (cit. 12 et 13) de vie. (→ Standard de vie).
Loc. fig. (Régional). Vous trouverez peut-être votre vie là-dedans : vous trouverez là ce dont vous avez besoin, ce que vous cherchez.
(V. 1534). Vx (langue class.). Nourriture. || Chercher sa vie.
8 (1080). Absolt. || La vie : le monde humain, le cours des choses humaines, la participation au monde réel avec tout ce qu'elle comporte d'expériences diverses. || Les choses, les affaires de la vie (→ Ambition, cit. 11; attaquer, cit. 36; passer, cit. 32). || Les Choses de la vie, roman de Paul Guimard. || Expérience, usage de la vie (→ Maturité, cit. 4). || Connaissance de la vie (→ Appeler, cit. 38; approfondir, cit. 13). || Connaître la vie. || Tout ignorer de la vie. || Prendre la vie comme elle vient. || Avoir une vision optimiste, pessimiste de la vie. || Idées sur les hommes et sur la vie (→ Afficher, cit. 4). || La vie nous apprend (cit. 43) que… || La vie, ce livre des livres (cit. 41). || Difficultés que la vie dénoue (cit. 11). || Regarder la vie en face (→ Idéaliser, cit. 9; lâche, cit. 14). || La vie rejette (cit. 12) ceux qui ne s'adaptent pas. || Dans la vie, rien ne se résout, tout continue (cit. 12). || Dans la vie, rien ne va jamais comme on l'espère (→ Annoncer, cit. 10). || La vie est faite de contrastes, échappe à la logique (→ Anaphylaxie, cit. 2; artificiel, cit. 9). || Haut et bas (1. Bas, cit. 50) dans la vie. || Voilà la vie telle qu'elle est (→ Fricoter, cit. 2; prétention, cit. 6).C'est la vie ! : les choses sont ainsi, c'est comme ça (en parlant d'une chose à laquelle on doit se résigner). || On connaît la vie (→ Dormir, cit. 14; et aussi monde, cit. 52).Plaisirs, misères de la vie (→ Détourner, cit. 20; heureux, cit. 36). || Aimer la vie, jouir de la vie (→ Épuiser, cit. 18). || Haine (cit. 31), horreur (cit. 23), peur, dégoût de la vie (→ Glacer, cit. 14).Cette chienne (cit. 26) de vie. || Quand la vie nous a blessé (→ On, cit. 39). || Se réconcilier (cit. 5) avec la vie. || Banalité (cit. 1), insipidité (cit. 2) de la vie. || « Ah ! que la vie est quotidienne ! » (→ On, cit. 29).L'art et la vie (→ Préciosité, cit. 4; 1. roman, cit. 10; style, cit. 15). || La vie m'a fourni le sujet (→ Fantaisie, cit. 15). || Ça ne se passe pas comme ça dans la vie (→ Obscène, cit. 1). || Vision déformée de la vie (→ Naturaliste, cit. 7). || Films qui montrent la vie en rose (→ Finir, cit. 19). || La comédie est un jeu (cit. 6) qui imite la vie. || La photographie (cit. 4) banale de la vie. || « Bête comme la vie » (→ Griffe, cit. 14, Flaubert). || « Et nous n'avons qu'elle à jamais, la vie, Ce déboire obscur que nos cœurs ruminent » (Robert Vivier, Au bord du temps).
16.1 Rien dans la vie ne me frappe plus que ce simple fait : elle finit.
F. Mauriac, le Nouveau Bloc-notes 1958-1960, p. 344.
———
II Par anal. Existence dont le caractère temporel et dynamique évoque la vie. Évolution.
1 (1679; en parlant d'une collectivité). a (Dans le monde humain). Manière d'être dans le temps (d'une collectivité). || La vie des groupes, des sociétés (→ Développer, cit. 7; religion, cit. 19), des peuples (→ Démocratie, cit. 5; envahir, cit. 3; occulte, cit. 6). || La vie du genre humain (→ Progrès, cit. 10). || La vie du pays, de la nation, de l'État (→ 1. Part, cit. 30; plaque, cit. 5; 1. politique, cit. 10). || La vie des siècles (→ Poète, cit. 10). || « Résurrection (cit. 6) de la vie intégrale. »
b (Le compl. désigne une chose). || Cette généralité (cit. 3) nécessaire à la vie des livres. || La Vie des mots, ouvrage de Darmesteter (1885). || Mots en pleine vie (→ Rivière, cit. 5; et aussi suffixation, cit.). || Rendre une vie articifielle à des problèmes morts (2. Mort, cit. 23). || La vie d'une idée, d'une doctrine. || La Vie des formes, ouvrage de Focillon.
17 Ainsi va la vie historique, ainsi va chaque peuple se faisant, s'engendrant, broyant, amalgamant des éléments, qui y restent sans doute à l'état obscur et confus (…)
Michelet, Hist. de France, Préface de 1869.
2 (XXe; dans le monde matériel, inorganique). || La vie des étoiles. || Vie d'un volcan. || Vie et Transmutation des atomes, ouvrage de J. Thibaud.
18 D'autres atomes ont une vie extrêmement brève, allant de quelques jours pour l'émanation du radium, à une fraction quasi infinitésimale de seconde pour le thorium C' (…) Cependant, ce qu'on appelle, par extension, durée de vie dans le monde minéral, qu'il s'agisse d'atomes ou de groupements d'atomes, se différencie par quelques caractères essentiels de la durée de vie des êtres organisés (…) Une telle loi ne s'appliquerait pas à des êtres vivants (…) Plus heureux que les êtres vivants, les atomes (…) meurent sans connaître le vieillissement.
A. Boutaric, la Physique de la vie, p. 12.
Poét. || La vie des choses, la vie universelle, dans une vision animiste du monde (cf. Hugo, les Contemplations, « Ce que dit la bouche d'ombre »).
19 Aucun artiste n'est plus universel que lui, plus apte à se mettre en contact avec les forces de la vie universelle (…) Le vers de Victor Hugo sait traduire (…) les sensations les plus fugitives (…) qui nous sont transmises par l'être visible, par la nature inanimée ou dite inanimée (…)
Baudelaire, l'Art romantique, XXII, I, II.
3 Durée d'activité.Sc. || Vie moyenne d'un radio-élément.Cour. || La vie moyenne de ce modèle de voiture est de six ans.La vie d'un produit.
CONTR. Mort. — (Du I., 1., spécialt) Atonie.
DÉR. Viable, viager.
COMP. Demi-vie, survie.
HOM. 2. Vie, vit; formes des v. vivre, voir.
————————
2. vie [vi] n. f.
ÉTYM. V. 1210, « chemin »; var. de veie. → Voie.
Régional (Ouest). Chemin entre les différents bassins d'un marais salant.
HOM. 1. Vie, vit; formes des v. vivre, voir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • vie — vie …   Dictionnaire des rimes

  • vie — 1. (vie) s. f. 1°   En général, état d activité de la substance organisée, activité qui est commune aux plantes et aux animaux. Chez les plantes, la vie est constituée par deux fonctions, la nutrition et la génération ; chez les animaux, il y a… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • vie — VIE. s. f. L union de l ame avec le corps. L action de l ame unie avec un corps organisé. Vie animale. vie sensitive. vie vegetative. longue vie. courte vie. les principes de la vie. ceux dont nous tenons la vie, qui nous ont donné la vie. Dieu… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Vie — (IPA: / vi.e/), which means vine in Romanian, is a district, or quarter, of Oradea, a city in Bihor, Romania.GeographyVie is situated in the hills overlooking Oradea, in the northern part of the town. It spans quite a large area, from a part just …   Wikipedia

  • VIE — (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Nom commun 2 Toponyme 3 Sigle/ac …   Wikipédia en Français

  • vie — VÍE, vii, s.f. 1. Teren plantat cu viţă (I); plantaţie de viţă. 2. Viţă (I). – lat. vinea. Trimis de RACAI, 30.09.2003. Sursa: DEX 98  VÍE s. (bot.; Vitis) viţă. (Frunză de vie; plantează vie.) Trimis de siveco, 05.08.2004. Sursa: Sinonime  víe …   Dicționar Român

  • VIE — steht für: Vie (Atlantik), ein Küstenfluss im Département Vendée in Frankreich Vie (Dives), ein Fluss in der Region Basse Normandie in Frankreich Die Abkürzung VIE steht für: das deutsche Kfz Kennzeichen für den Kreis Viersen den IATA… …   Deutsch Wikipedia

  • vie — [vaı] v past tense and past participle vied present participle vying third person singular vies [Date: 1500 1600; : Old French; Origin: envier [i] to invite, challenge , from Latin invitare; INVITE1] to compete very hard with someone in order to… …   Dictionary of contemporary English

  • Vie — Vie, v. i. [imp. & p. p. {Vied}; p. pr. & vb. n. {Vying}.] [OE. vien, shortened fr. envien, OF. envier to invite, to challenge, a word used in gambling, L. invitare to invite; of uncertain origin. Cf. {Invite}, {Envie}.] 1. To stake a sum upon a… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Vie — Vie, v. t. 1. To stake; to wager. [Obs.] B. Jonson. [1913 Webster] 2. To do or produce in emulation, competition, or rivalry; to put in competition; to bandy. [Obs.] [1913 Webster] She hung about my neck; and kiss on kiss She vied so fast. Shak.… …   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.